Tout le monde doit avoir droit au travail

Gérard Lecointe

References

Electronic reference

Gérard Lecointe, « Tout le monde doit avoir droit au travail », Revue Quart Monde [Online], 157 | 1996/1, Online since 05 September 1996, connection on 08 April 2020. URL : https://www.revue-quartmonde.org/1385

Index chronologique

1996/1

« J’habite à Saint Ouen l’Aumône, dans la cité la plus pauvre de la ville. Là les gens disent « Quand on n’a pas de travail, on va au club des bras morts »

J’ai connu ces moments où quand on perd son travail, on a l’impression qu’on est devenu plus rien.

On perd son identité.

Dans ma vie, quand j’étais tombé très bas, j’ai eu la chance de rencontrer des personnes du Mouvement ATD Quart Monde.

Ils sont venus me voir, j’ai participé à des réunions avec d’autres familles du Quart Monde ; j’y ai trouvé une certaine chaleur humaine.

J’ai vu que je n’étais pas jugé, qu’on était là dans le même but, celui de relever la tête. J’ai appris combien la confiance, le respect, le savoir sont importants.

Je fais des choses que je ne faisais pas avant.

Cette chance que j’ai eue en rencontrant le Mouvement, j’aimerais bien que tout le monde puisse en bénéficier (...)

Pour réinsérer des personnes très pauvres qui sont en dehors du monde du travail depuis longtemps, cela demande déjà de les connaître, de savoir ce qu’elles pensent, ce qu’elles veulent (...)

Perdre son travail, c’est perdre son honneur, sa dignité.

Tout dégringole

Après dans la famille, on n’a plus d’autorité.

J’ai connu la misère, le temps où la seule préoccupation,

C’est : « qu’est-ce qui va se passer d ‘ici ce soir ?,

C’est « comment survivre ? »

On a le sentiment de n’être rien, de ne plus être soi-même.

On me parlait mais je n’entendais pas.

Quand j’allais à la mairie, j’y allais à la fermeture, j’avais honte, je fuyais le jugement des autres, j’avais peur d’être montré du doigt

C’est pour cela qu’aujourd’hui, je dis qu’avoir un travail, c’est indispensable. Le travail, cela apporte la dignité de l’être humain, la reconnaissance.

Quand on travaille on se sent utile, on est fier, on peut approfondir ses connaissances, on peut avoir les moyens de vivre (…)

Dans l’entreprise, il faut donner leur chance aux personnes sans attendre qu’elles soient « employables ». Dès le démarrage, il faut que la personne qui arrive ait une personne de confiance.

Je n’aime pas le mot « tuteur ». Une personne qui a un tuteur, cela veut dire qu’elle a commis un méfait ou qu’elle est incapable de se débrouiller toute seule.

Il ne faut pas paralyser les gens en leur mettant quelqu’un derrière le dos, tout le temps.

Quand on est en confiance et qu’on retrouve un emploi, après quelque mois, les choses changent, on se sent en confiance et qu’on retrouve un emploi, après quelques mois, les choses changent, on se sent responsable de plus en plus, et on s’en sort de pieux en mieux.

Je voudrais insister pour dire que ces accompagnements doivent se faire dans le plus grand respect (…)

Par mon expérience de vie, j’ai appris ce qui est important dans la vie humaine : la famille, l’amitié, la solidarité, le respect.

Je pense que les plus défavorisés peuvent apporter ces valeurs humaines dans le monde de l’entreprise.

Ils ont un savoir qu’ils peuvent et doivent partager. S’en priver est une perte pour tous (…)

Pour moi, le travail est indispensable à l’homme, et tout le monde doit avoir droit au travail.

Il peut y avoir du travail pour tous, si on le veut vraiment.

Pour moi c’est une question de gestion des richesses de notre pays et une question de redistribution du travail (…)

Pour moi tout homme a droit à un métier et est capable d’en apprendre un.

Notre société doit tout faire pour donner accès au savoir, à la culture et à un métier à tous (…)

Ces emplois doivent être rémunérés comme il se doit, c’est-à-dire au minimum au SMIC, pas avec des CES qui ne donnent pas les moyens de vivre dignement »

Source : exposé de M. Lecointe, militant du Mouvement ATD Quart Monde, à la première rencontre des Ovalies à Cergy-Pontoise le 5 mai 1995.

Gérard Lecointe

Gérard Lecointe, militant du Mouvement ATD Quart Monde

CC BY-NC-ND