À l’université populaire du Quart Monde, on travaille le rapport Wresinski (Encadré p.47)

Rédaction de la Revue Quart Monde

References

Electronic reference

Rédaction de la Revue Quart Monde, « À l’université populaire du Quart Monde, on travaille le rapport Wresinski (Encadré p.47) », Revue Quart Monde [Online], 126 | 1988/1, Online since 05 September 1988, connection on 29 January 2020. URL : https://www.revue-quartmonde.org/3929

Extrait des réflexions d’un père de famille (Paris)

  • Comprendre l’évolution vers la pauvreté

Index chronologique

1998/1

Ce qui m’a, plus que tout, intéressé dans le rapport « Grande pauvreté et précarité économique et sociale », ce sont les récits démontrant l’évolution et le cumul des précarités qui conduisent à l’insécurité et à la grande pauvreté, qui interdisent aux familles touchées par cette misère de faire valoir leurs droits fondamentaux et l’intégrité de leur famille.

  • Voir que tous les partenaires sociaux sont concernés

Mais il est bon, lorsqu’on lit les efforts qui sont proposés pour lutter contre la pauvreté, de voir que tous les partenaires sociaux sont concernés et de voir que tous sont d’accord pour que tous les moyens soient mis en contribution pour que les familles puissent sortir de la misère, notamment en formant les partenaires sociaux à comprendre les familles pauvres et à agir dans le sens que ces familles retrouvent leurs droits et leur dignité :

- dans la formation pour le savoir dès la pré-école par des professeurs qualifiés pour s’occuper des enfants vivant en milieu de pauvreté, puis la formation professionnelle qui permet l’insertion sociale et économique pour nos jeunes et tous les chômeurs ;

- l’extrême importance de l’attribution d’un plancher de ressources minimum à 2000 F pour une personne et 3000 F pour un couple, ce qui va permettre à des familles de se former ou de trouver un emploi ;

- l’amélioration sur des conditions d’attribution des logements pour les familles et la réhabilitation des logements, notamment pour d’anciens locaux d’habitation et l’attribution de logements sociaux et aussi l’aide personnelle d’un prêt allocation logement pour permettre à des familles de payer les frais de caution à l’attribution de leur logement et à la rénovation sur des logements insalubres ;

- en ce qui concerne les soins et la santé pour les personnes sans aucune protection sociale, développer l’accès à l’assurance personnelle et les informations auprès des familles pour les encourager à se soigner. Notamment la prise en charge par un fonds d’action santé des soins dentaires, occulaires et auditifs afin de lever les obstacles financiers – expérimentation menée actuellement dans le département de Meurthe-et-Moselle.

  • Penser à la solidarité de tous les citoyens

Je souhaiterais savoir si le fonds d’action santé ne voudrait pas laisser penser à un fonds de solidarité nationale, ne voudrait pas dire que les nantis sur leurs impôts devraient payer un certain quota pour les familles défavorisées et si les ouvriers seraient susceptibles de pouvoir verser par le moyen de cotisations à la sécurité sociale au minimum une heure de leur salaire par semaine, si cela était je serais donc parfaitement d’accord, je trouve normal de solliciter tous les citoyens à la contribution à la lutte contre la pauvreté.

CC BY-NC-ND