La salle de bien-être : pour passer des paroles aux actes (Encadré p.22)

Rédaction de la Revue Quart Monde

References

Electronic reference

Rédaction de la Revue Quart Monde, « La salle de bien-être : pour passer des paroles aux actes (Encadré p.22) », Revue Quart Monde [Online], 128 | 1988/3, Online since 05 February 1989, connection on 23 January 2020. URL : https://www.revue-quartmonde.org/3983

Index chronologique

1988/3

En 1975, le projet santé est élaboré par l’équipe médicale en étroite collaboration avec les responsables du mouvement ATD Quart Monde.

Il s’articule initialement autour d’un constat : la mauvaise santé est associée à l’extrême pauvreté et nuit à la promotion de la population la plus pauvre. Il a un objectif limité : connaître et comprendre le vécu des plus pauvres par rapport à la santé, aux soins de santé, au corps et à l’image corporelle, au bien-être en général.

Il s’agit donc clairement d’un projet de connaissance enraciné sur le terrain et d’une interaction continue d’une population et d’une équipe qui veut en être solidaire. Les membres de l’équipe travaillent, écoutent, écrivent et partagent ce qu’ils ont découvert. Petit à petit leur apparaît l’importance de la santé pour les familles sous-prolétaires et leur lutte continuelle pour la préserver. Guidés par le père Joseph Wresinski, l’équipe décide de faire des plus exclus des partenaires dans le combat pour la santé. Ce combat passe nécessairement par la culture.

En avril 1977, a lieu la première réunion de découverte de la santé où tous les jours, les familles se réunissent et cherchent ensemble les moyens de préserver ou récupérer une bonne santé. Mais cela ne suffit pas.

Une véritable réappropriation du corps passe par une dynamique complémentaire : celle de la salle de bien-être où les familles passent de la parole à l’acte. Elle est inaugurée en 1982. L’intuition de base du projet qui a amené l’équipe à proposer aux plus pauvres une activité gratuite, ludique et gratifiante s’avère exacte. L’envie de se détendre et de se rencontrer devient la motivation principale du groupe. La salle de bien-être est un lieu privilégié de connaissance et de partage du savoir. Elle permet de comprendre la misère et l’exclusion en abordant les plus démunis d’une manière originale, non à partir de leurs insuffisances mais de leur dynamisme.

CC BY-NC-ND