Revue Quart Monde - Tous les numéros

Année 2012

N° 224, 2012/4

Se saisir du droit

Les droits fondamentaux garantissent en principe à tous le respect de leur dignité et de celle de leur famille. Mais, au quotidien, tous ces droits ne s’appliquent pas, ou peu, de manière effective et concrète pour les plus pauvres. Le droit leur serait-il invisible et eux-mêmes resteraient-ils invisibles au droit ? Ce dossier tente de cerner les obstacles nationaux et internationaux entravant l’effectivité des droits pour les plus pauvres. S'associant avec d'autres, le Mouvement ATD Quart Monde a gagné des combats contre cette exclusion par l’amélioration de la loi. Nous dédions ce numéro à Henri Bossan, l’un des pionniers de cette longue marche, profondément imprégné des injustices subies par les familles vivant dans le non-droit, qui, inlassablement, s’est saisi des droits de l’Homme comme d’un levier puissant et efficace, capable de faire pivoter en leur faveur le combat juridique de ceux qui subissent la misère et la refusent.

N° 223, 2012/3

Femmes et hommes

Le pouvoir, qu’il soit économique, social ou privé, est encore souvent détenu par les hommes. Les femmes existent peu publiquement, elles ont une action « invisible » socialement. Dans le monde, 80% des réfugiés sont des femmes et des enfants. Amnesty international dénonce le viol comme arme de guerre et le fait que les femmes et les jeunes filles victimes de la traite des êtres humains soient trop souvent considérées comme des délinquantes. Si la micro-finance renforce le pouvoir d’action des femmes pauvres, partout dans le monde les très pauvres sont encore humiliées, stigmatisées et notamment dans les centres de rétention administrative d’Europe. Si, depuis quelques décennies, les féministes ont inscrit les avancées de leurs luttes dans tous les rouages de la société, soutenues par les textes adoptés par les grands organismes internationaux comme l’ONU, celles qui militent pour l’émancipation des plus pauvres d’entre elles, sont rarement entendues.

N° 222, 2012/2

Violence et paix

Aujourd'hui, le sentiment que l'insécurité et la violence augmentent est l'une des grandes préoccupations des pouvoirs publics, des agences intergouvernementales, comme de la société civile dans le monde. Dans de nombreux cas, les réponses données suivent la pente de la peur et de la méfiance de l'autre et conduisent trop souvent à des politiques de contrôle ou de sécurité, à l'application de sanctions plus drastiques, ou à la culpabilisation des plus pauvres et, finalement, à une violence institutionnelle qui renforce l'exclusion.

N° 221, 2012/1

Politique et grande pauvreté, quoi de neuf ?

En février, le Conseil économique, social et environnemental français marquera par une rencontre exceptionnelle avec le Quart Monde le 25ème anniversaire de la publication de son avis sur Grande pauvreté et précarité économique et sociale, voté à l’unanimité et élaboré par la section des Affaires sociales du Conseil économique et social français, sur la base du rapport présenté par le père Joseph Wresinski. Rapport révolutionnaire. Bien que reconnaissant l’innovation politique introduite par ce rapport, les institutions ont d’énormes difficultés à opérer de vrais changements. Certains membres de ces institutions cherchent avec lucidité à identifier les nœuds de résistance, comme en témoignent des articles de ce dossier.