Revue Quart Monde - Tous les numéros

Année 2013

N° 228, 2013/4

Le développement contre les pauvres ?

Paradoxe : le développement peut-il se retourner contre ceux-là mêmes dont il cherche à rendre la vie digne et décente ?...Oui, assurément. C’est ce que notre dossier tend à montrer, qui s’appuie sur l’expertise des personnes vivant dans l’extrême pauvreté, sur celle de professionnels, d’universitaires et de décideurs politiques examinant les domaines variés de l’éducation, du logement, de la santé, du travail, de la participation, de la lutte contre les discriminations, durant ces quinze dernières années.

N° 227, 2013/3

Rire

Rire et faire la fête quand on vit dans la pauvreté ?... Rire de la pauvreté ?... Consacrer tout un dossier de la Revue Quart Monde à ce thème scabreux? Oui, nous l’avons fait, avec circonspection d’abord, puis de plus en plus touchés par la palette de nuances abordée dans leurs textes par les auteurs sollicités.

N° 226, 2013/2

Identités, appartenances et vivre ensemble

« Qui se ressemble, s’assemble », dit la sagesse populaire. « Que signifie le besoin d’appartenance collective, qu’elle soit culturelle, religieuse ou nationale ? Pourquoi ce désir, en soi légitime, conduit-il si souvent à la peur de l’autre et à sa négation ? », s’interroge en substance Amin Maalouf dans un livre fondamental.

D’autres sources, talmudiques, philosophiques et spirituelles, attirent notre attention sur la nécessaire maturation d’un « je » autonome, lucide, différencié, avant de pouvoir envisager la formation d’un « nous » digne de ce nom…

N° 225, 2013/1

Moteurs d'innovation

Joseph Wresinski, fondateur d’ATD Quart Monde, était convaincu que « Le souci de l’homme le plus méprisé » est à la fois unificateur et moteur d’innovation ». Et que : « Les plus pauvres, les exclus, mettent en cause l’ensemble, renversant nos modèles d’actions invétérés. Lorsqu’un très défavorisé est quelque part, rien ne va plus, tout est bousculé et pour qu’il demeure avec nous, tout doit être transformé. […] Par leur existence, par leur présence [les plus démunis] posent les questions essentielles, celles auxquelles notre ordre ne répond pas. »