Revue Quart Monde https://www.revue-quartmonde.org:443 Description de votre site fr La misère, nouveau visage de l’apartheid https://www.revue-quartmonde.org:443/656 Extraits p. 41 et 42 du Rapport final sur les droits de l’homme et l’extrême pauvreté, présenté par le Rapporteur spécial, M. Leandro Despouy, E/CN.4/Sub.2/1996/13, 28 juin 1996 Tue, 15 Jan 2019 00:00:00 +0100 https://www.revue-quartmonde.org:443/656 Donner un nom aux invisibles https://www.revue-quartmonde.org:443/7206 Comment s’y prend-on scientifiquement pour évaluer le nombre des personnes qui n’apparaissent pas dans les recensements ou les statistiques ? Je ne sais pas. Par contre, dans cette foule immense d’êtres humains privés du droit d’exister, je pense immédiatement à Élie et Wedline, enfants longtemps non scolarisés faute de papiers ; je pense à Kero qui ne peut donner une identité à ses enfants parce qu’il n’en a pas lui-même. Et je pense aussi à Jan, des Pays-Bas, que j’ai rencontré la semaine dernière. Comme d’autres de ses concitoyens sans domicile ou vivant de façon permanente dans des campings ou dans les bois, il a été radié des registres de la population. Pas de domiciliation, pas d’accès à la solidarité nationale. Ils sont nombreux à être ainsi mis à l’écart par un système social pourtant considéré comme l’un des plus performants et protecteurs d’Europe. Soupçonnés d’être des fraudeurs potentiels, ces citoyens fantômes en sont réduits à vivre comme des clandestins dans leur propre pays. Ils deviennent invisibles. Nos sociétés semblent sans cesse réinventer la mise au ban des « mauvais pauvres », ceux dont on n’attend rien si ce n’est parfois qu’ils fassent des efforts, qu’ils prouvent qu’ils veulent s’en sortir, qu’ils s’éduquent. En France, on entend certains ténors politiques crier à l’assistanat, comme si les pauvres avaient inventé la misère, tandis que des personnes qui auraient droit au RSA ne le demandent pas, tant son accès est difficile et perçu comme honteux. Sat, 01 Dec 2018 00:00:00 +0100 https://www.revue-quartmonde.org:443/7206 Ni potence, ni pitié ! https://www.revue-quartmonde.org:443/7207 Il y a plus de trente ans, l’historien Bronislaw Geremek publiait La potence ou la pitié1. Il expliquait comment la pauvreté n’avait jamais cessé d’inspirer des sentiments contradictoires. De la part des individus, compassion et répulsion. De la part des autorités et des pouvoirs publics, institutions de secours et institutions de répression. Ce livre est devenu une référence. Pour le philosophe Paul Dumouchel, la question est : pourquoi si nombreux sont ceux qui approuvent les politiques répressives à l’égard de la pauvreté, et qui trouvent le principe de l’aide punitive à la fois rationnel et évident ? Michael Lambert, historien, déconstruit l’État-providence en Grande-Bretagne, qui peine à sortir des dilemmes engendrés par la « gérance » de la pauvreté et qui ignore superbement la parole des personnes affectées par les politiques sociales et leurs implications. Axelle Brodiez-Dolino observe les façons dont ce régime binaire « pitié-potence » a pu, au cours du siècle dernier, être contourné ou surmonté, et qui sont porteuses de pistes pour l’avenir. Comme juriste, Jacques Fierens constate lui aussi l’échec fréquent, pour le droit, à traduire une autre réponse que la répression ou la pitié, tant la crainte subsiste toujours de voir les acquis démantelés par le néo-libéralisme, et le principe d’équité battu en brèche. « Ce qu’affirme une très longue tradition, à laquelle le père Joseph Wresinski appartient, est que la seule manière d’échapper à la potence ou à la pitié est l’ Sat, 01 Dec 2018 00:00:00 +0100 https://www.revue-quartmonde.org:443/7207 Quelques pistes historiques https://www.revue-quartmonde.org:443/7208 Le « régime biface » de la potence ou de la pitié imprègne toujours nos sociétés. Imposée en grande partie aux autorités par la société civile et les associations, la voie du droit a cependant marqué de profonds progrès au siècle dernier, progrès à consolider, alors que la voie vers un changement de mentalité pour plus de cohésion sociale reste fragile. Sat, 01 Dec 2018 00:00:00 +0100 https://www.revue-quartmonde.org:443/7208 Frimhurst : forger un nouveau paradigme de liberté https://www.revue-quartmonde.org:443/7209 Dans les années 60, la rencontre entre Joseph Wresinski, fondateur d’ATD Quart Monde, et Grace Goodman, créatrice du centre d’accueil Frimhurst en Grande-Bretagne, révolutionne la manière d’accompagner les familles les plus en difficultés. Une expérience de libération toujours opérante aujourd’hui. En 1957, dans le sud de l’Angleterre le Frimhurst Recuperative Home1, comme on l’appelait alors, a ouvert ses portes aux familles vivant dans l’extrême pauvreté. C’était l’un des sept centres spécialisés du pays proposant un lieu de séjour spécifiquement destiné aux familles « à problèmes », les laissées-pour-compte du boom économique qui s’ensuivit après la seconde guerre mondiale. Sat, 01 Dec 2018 00:00:00 +0100 https://www.revue-quartmonde.org:443/7209 L’amitié, chemin de libération réciproque https://www.revue-quartmonde.org:443/7211 Choisir d’habiter, en famille, avec des hommes et des femmes au parcours parfois chaotique, loin d’un emploi stable, et marqués par la violence de l’exclusion, signifie pour les auteurs : « Nous sommes prêts à la rencontre… ». Sat, 01 Dec 2018 00:00:00 +0100 https://www.revue-quartmonde.org:443/7211 La potence, la pitié et le droit https://www.revue-quartmonde.org:443/7214 Le droit, langage achevé du pouvoir, échoue la plupart du temps à traduire une autre réponse que la répression ou la pitié. Des mises en œuvre de la solidarité, comme troisième voie possible, ont été tentées, spécialement par le droit de la sécurité sociale et le droit fiscal. Mais la crainte subsiste toujours de voir les acquis démantelés par le néo-libéralisme, et le principe d’équité battu en brèche. Sat, 01 Dec 2018 00:00:00 +0100 https://www.revue-quartmonde.org:443/7214 Briser préjugés et discrimination, introduire dans la démocratie https://www.revue-quartmonde.org:443/7215 En Europe, aujourd’hui comme hier, la stigmatisation des pauvres a souvent conduit à les considérer indignes et incapables de bénéficier du statut de citoyen. Joseph Wresinski, fondateur d’ATD Quart Monde, innove en construisant avec eux une identité commune et une représentation dans les instances publiques. Sat, 01 Dec 2018 00:00:00 +0100 https://www.revue-quartmonde.org:443/7215 “On va vers le petit…” https://www.revue-quartmonde.org:443/7216 Lors de l’Université populaire Quart Monde1 de novembre 2017 à Montréal (Canada), dont le thème était Un développement durable pour tous, Geneviève présente le projet de la Ferme Berthe Rousseau, accueillant depuis plus de vingt-neuf ans, dans une vie communautaire, des personnes qui ont un parcours difficile (itinérance, santé mentale, consommation addictive, etc.) et des personnes ayant un vécu très différent. Voici quelques extraits des échanges. Sat, 01 Dec 2018 00:00:00 +0100 https://www.revue-quartmonde.org:443/7216 État-providence et gestion de la pauvreté en Grande-Bretagne moderne https://www.revue-quartmonde.org:443/7220 S’appuyant sur une critique des notions développées par B. Geremek dans son traité De la potence à la pitié1, l’auteur analyse le fonctionnement de l’État-providence en Grande-Bretagne, qui peine à sortir des dilemmes engendrés par la « gérance » de la pauvreté et qui ignore la parole des personnes affectées par les politiques sociales et leurs implications. Sat, 01 Dec 2018 00:00:00 +0100 https://www.revue-quartmonde.org:443/7220