Zonta international

Danielle Bridel

References

Electronic reference

Danielle Bridel, « Zonta international », Revue Quart Monde [Online], 129 | 1988/4, Online since 05 May 1989, connection on 03 August 2020. URL : https://www.revue-quartmonde.org/4049

Le Zonta International est une organisation groupant dans le monde entier des femmes cadres qui ont pour objectif premier de servir la communauté – locale ou internationale – dans la mesure de leurs capacités professionnelles et de leurs ressources financières. Un de ces buts plus précis est d’améliorer la condition de la femme du point de vue légal, politique, professionnel et économique. D’où il découle que ses membres s’efforcent d’aider, sur le plan local et international, les femmes dans le besoin.

Une conférence et un livre m’avaient appris ce qu’était ATD Quart Monde et avaient attiré mon attention sur la situation des personnes en Suisse qui, malgré le large réseau d’institutions sociales existant dans ce pays, restent en dehors de la société. C’est pourquoi, lorsqu’il y a quatre ans j’ai été appelée à représenter le Zonta international auprès des Nations Unies à Genève, il m’est apparu naturel de participer aux réunions du groupe OING Quart Monde. Certes, nos clubs des pays en voie de développement sont, par la force des choses, amenés sur le plan local à s’occuper des personnes dans la misère : enfants de la rue, lépreux, femmes rurales vivant dans des régions victimes de la sécheresse, femmes handicapées, etc. Mais dans les pays industrialisés, bien souvent nos efforts concernent plutôt des jeunes filles ou des femmes ayant momentanément besoin d’aide (bourses, prix à des jeunes artistes, aide ponctuelle à des personnes âgées par exemple) que des gens vivant dans une extrême pauvreté. Et, collaborant avec l’UNICEF et depuis quelques années avec l’UNIFEM, nous finançons des projets en faveur de la formation des femmes ou de l’amélioration de leurs possibilités de se procurer un revenu, qui me paraissent eux aussi concerner d’autres milieux que les extrêmement pauvres, au moins dans certain cas.

La participation au GROUPE OING Quart Monde, pour moi, rappelle à des ONG de type Zonta International qu’à côté de ceux qu’elles aident, il y a des membres de la société encore plus démunis au service desquels d’autres ONG (que je désignerais comme étant des ONG de première ligne) se sont mises avec beaucoup d’efficacité. Le Groupe est à mes yeux un lieu d’entraide entre elles qui désirent faire entendre la voix de ceux dont la dignité est bafouée de diverses manières, et nous qui, plus loin du terrain, sommes, en revanche, peut-être plus près de l’ONU.

Danielle Bridel

Représentante du Zonta International auprès du Conseil Économique et Social de l’ONU

CC BY-NC-ND