Mehdi Charef. Rue des Pâquerettes

Éd. Hors d’atteinte, 2018

Hélène Pinazo

p. 57-58

Bibliographical reference

Mehdi Charef. Rue des Pâquerettes. Éd. Hors d’atteinte, 2018, 245 p.

References

Bibliographical reference

Hélène Pinazo, « Mehdi Charef. Rue des Pâquerettes », Revue Quart Monde, 252 | 2019/4, 57-58.

Electronic reference

Hélène Pinazo, « Mehdi Charef. Rue des Pâquerettes », Revue Quart Monde [Online], 252 | 2019/4, Online since 01 December 2019, connection on 15 December 2019. URL : https://www.revue-quartmonde.org/8361

« Toi, dès que tu sauras lire et écrire convenablement, tu nous quitteras parce que tu ne rêves pas dans le vide. »

Originaire d’Algérie, Mehdi arrive en France en novembre 1962 avec sa mère et ses frères et sœurs pour rejoindre un père qu’il n’a jamais connu.

Ce roman autobiographique raconte le choc interculturel mais aussi la misère des bidonvilles de France. Car Mehdi et sa famille rejoignent un père ouvrier qui n’a d’autre logement qu’une baraque dans un bidonville de Nanterre. « Il fait très froid dans la baraque. Mon père est allé à la mairie demander des couvertures, que nous aurons la semaine prochaine. La Seine est gelée. »

En découvrant sa nouvelle demeure, il va très vite connaître la honte, la peur, le froid, la boue, l’humiliation du bidonville, le racisme ordinaire. « Ce qui me gêne ce n’est pas la charité que je demande mais la pitié que je reçois. »

Mais le jeune enfant ne se laisse pas abattre par cette réalité. Passionné de lecture et de cinéma, il trace sa route et raconte sa rencontre avec une culture si différente : l’émerveillement face à la neige, la douche municipale, le maître d’école plein de bonté, sa mère qui fait tout pour sauver les apparences... « Comme convenu avec mon maître, tous les samedis midi, je lui fais lire ce que j’ai noté dans le calepin qu’il m’a offert. » Enfin, on découvre aussi les débuts d’écriture de l’enfant, poussé par son maître d’école qui l’encourage et l’accompagne sur son chemin de création, preuve qu’il suffit parfois d’une rencontre pour faire émerger le beau en nous.

Mehdi Charef a, depuis, écrit des romans, des pièces de théâtre, il a à son actif de nombreux films en tant que réalisateur et/ou scénariste. Il a obtenu en 1986 le César de la meilleure première Œuvre pour Le Thé au Harem d’Archimède.

CC BY-NC-ND