Isabelle Sentilhes, " Parles-moi !" Pré-écoles familiales en Quart Monde

Editions Science et Service Quart Monde, Paris, 1988, 143 pages.

Hélène Brunschwig

Bibliographical reference

Isabelle Sentilhes, " Parles-moi !" Pré-écoles familiales en Quart Monde, Editions Science et Service Quart Monde, Paris, 1988, 143 pages.

References

Electronic reference

Hélène Brunschwig, « Isabelle Sentilhes, " Parles-moi !" Pré-écoles familiales en Quart Monde », Revue Quart Monde [Online], 127 | 1988/2, Online since 01 December 1988, connection on 30 November 2020. URL : https://www.revue-quartmonde.org/8710

Voici un livre capital et inoubliable. Capital pour nous montrer comment il est possible de lutter contre l’exclusion et la misère, l’enfermement et l’ignorance, la peur et la honte. Inoubliable parce que lorsque vous fermerez ce livre, vous n’oublierez jamais les Vals, les Gillan, les Lambert, les Bouvet et les autres familles du Quart Monde à l’œuvre pour changer la vie.

L’auteur est une orthophoniste confirmée qui a travaillé en France et au Québec. Elle fait preuve d’une belle inventivité qui se déploie à partir des besoins et des désirs des familles.

Elle est sans arrêt à l’écoute, sa créativité est contagieuse, Isabelle suscite des trouvailles chez les familles qui raniment les siennes et ainsi de suite dans une dialectique constructive.

Le livre comprend trois parties :

-la première partie situe brièvement l’histoire du combat « petite enfance » mené depuis trente ans par les familles sous-prolétaires, sous l’impulsion du mouvement ATD Quart Monde, fondé par le père Joseph Wresinski, hélas récemment disparu ;

-la deuxième partie relate le vécu de ces familles parfois inimaginable… et la mise en place des pré-écoles familiales à l’intérieur des familles. Nous voyons se déployer la dialectique entre les idées de l’auteur et les aspirations des familles. Nous assistons aux trouvailles d’Isabelle, des enfants et de leurs parents : le jeu des bulles de savon, la fabrication de la grenouille, l’apprentissage des couleurs, et surtout la mise en place de « la campagne langage » ; celle-ci bouleverse la communication dans toute la cité et à l’intérieur des maisons, elle nous bouleverse nous, ses lecteurs. On voit comment à partir du quotidien des familles jaillissent des activités créatrices qui rebondissent dans toutes les familles du quartier. On voit aussi les liens qui se créent entre les familles et les écoles maternelles jusque là fort réticentes ;

-la troisième partie montre la nécessité absolue pour devenir un être humain à part entière, d’accéder au langage commun de la société à laquelle il appartient. L’homme ne peut accéder à son identité sans la maîtrise du langage. Ce qui est merveilleux dans ce livre, c’est que nous avons l’explication théorique, excellente, par Laurence Lentin, spécialiste du langage chez l’enfant, assortie d’exemple concrets lumineux cités par Isabelle Sentilhes. Entre autres : l’impact sur les familles des essais d’enregistrement de leurs enfants et des prises de paroles à l’Université Populaire, tout au long de l’année.

Ce livre est à lire absolument pour sa beauté, son immense intérêt, mais surtout pour l’enseignement qu’il nous apporte. Oui, il est possible de vaincre l’enfermement, la misère, la honte, le non-savoir, les centaines d’années d’exclusion. Il est possible de faire surgir la créativité de l’être humain pour peu qu’il soit reconnu dans sa dignité et compris.

Isabelle nous a montré et démontré tout cela et, maintenant, à nous de diffuser le message.

CC BY-NC-ND