Dominique Sampiero, Le rebutant

Ed. Gallimard, Paris, 2003, 71 p.

Marie Bernajuzan

Bibliographical reference

Dominique Sampiero, Le rebutant, Ed. Gallimard, Paris, 2003, 71 p.

References

Electronic reference

Marie Bernajuzan, « Dominique Sampiero, Le rebutant », Revue Quart Monde [Online], 190 | 2004/2, Online since 01 October 2004, connection on 24 October 2020. URL : https://www.revue-quartmonde.org/9212

« De temps en temps, le rebutant se penche sur une poubelle et il appelle doucement à l’aide ».

« Quand il ouvre les yeux, rien, ses yeux sont blancs. Il regarde et ne voit rien. La rue le mange à petit feu. Au bout du chemin, il n’y a plus de ciel. Juste un beau visage sans regard. Un visage de femme qui détourne les yeux »

Le rebutant, il y avait longtemps que je n’avais entendu ce mot, l’ai-je seulement entendu une fois ? ! Le rebutant, qui est-il ? Le gars qui fait la manche sur la place, Claudine prenant son café croissant dehors, le rebutant est la figure de tous ces oubliés, ces fantômes d’hommes qui se déplacent parmi nous mais que nous ne voyons plus...

Par petits paragraphes courts, denses, poétiques, avec des pensées chaotiques à l’image du rebutant... l’auteur touche au coeur. II restitue au rebutant la parole, la pensée, la mémoire, une histoire. « Le rebutant a perdu son boulot. Sa voiture et sa maison, le permis de conduire et le permis de construire. Il a perdu femme et enfants, le droit de voter. Il a perdu le sens de l’orientation, il s’est perdu dans les rues. Il a perdu ses papiers et ses souvenirs. Le goût de vivre et de mourir. Il a perdu »

Homme parmi les hommes, il est notre semblable.

CC BY-NC-ND