Michel Collard, Colette Gambiez, Quand l'exclu devient l'élu, Vie partagée avec les sans-abri

Ed. Fayard, Paris, Col. « Les enfants du fleuve », 1998, 434 p. , Préface de Philippe Maillard

Daniel Fayard

Référence(s) :

Michel Collard, Colette Gambiez, Quand l’exclu devient l’élu, Vie partagée avec les sans-abri, Préface de Philippe Maillard, Ed. Fayard, Paris, Col. « Les enfants du fleuve », 1998, 434 p.

Citer cet article

Référence électronique

Daniel Fayard, « Michel Collard, Colette Gambiez, Quand l'exclu devient l'élu, Vie partagée avec les sans-abri », Revue Quart Monde [En ligne], 173 | 2000/1, mis en ligne le 01 août 2000, consulté le 24 octobre 2020. URL : https://www.revue-quartmonde.org/9494

Quinze ans de vie partagée avec des sans-abri, notamment à Paris, Bruxelles, Lille, Rouen, Liège, Amiens... tel est le récit, chaleureux, que nous offrent Michel Collard et Colette Gambiez par lequel ils témoignent de la vie d'un nombre impressionnant d'hommes et de femmes rencontrés au cours de leur « pèlerinage » en arpentant les rues de nos grandes villes.

Pèlerinage car ils sont « physiquement en chemin » de gares en squats, de parkings en abris de fortune, et « spirituellement en quête » de rencontres qu'ils veulent les plus fraternelles possibles avec les plus pauvres, même si celles-ci sont parfois fugitives et apparemment sans lendemain.

Leur témoignage est saisissant qui nous révèle une connaissance approfondie de ce qui habite le cœur et l'esprit de ces derniers, qui nous introduit aussi dans le sens d'une démarche nourrie de la spiritualité franciscaine. Ce n'est pas peu dire qu'ils en démontrent la pertinence et la nécessité pour la société d'aujourd'hui. Chemin faisant, ils nous interrogent sur nos représentations du monde de la misère et sur nos pratiques à l'égard de ceux que nous appelons d'un terme réducteur « les sans-abri », qu'elles soient d'indifférence, d'aide ponctuelle ou d'assistance organisée.

Face au scandale de ces situations extrêmes, la question qui vient spontanément à l'esprit chez les personnes les mieux intentionnées est : « Que pouvons-nous faire qui soit utile et respectueux ? » Et beaucoup (personnes privées, associations, responsables publics) savent inventer des gestes et prendre des initiatives qui ne manquent parfois ni d'imagination, ni d'audace ni de générosité. Mais Michel Collard et Colette Gambiez, en faisant leur cette question dans la durée, en l'inscrivant au cœur de leur propre vie au point de s'y consacrer entièrement, déplacent la question même pour se demander : « Qu'est-ce que nous devons devenir ? De quel amour devons-nous nous laisser habiter ? ». C'est du moins ce qu'a bien perçu Philippe Maillard dans sa préface.

Les plus pauvres évangélisent en ce sens qu'ils demandent « une profonde conversion sollicitant le meilleur de nous-mêmes ». Et comme le pensait le père Joseph Wresinski, inspirateur lui aussi de l'engagement de Michel et Colette, ils sont porteurs d'un « projet de société » que, souvent, nous ne soupçonnons pas et n'osons pas envisager.

Un livre à lire donc, à méditer, pour mieux connaître, mieux comprendre, mieux se comporter, mieux agir.

Daniel Fayard

Articles du même auteur

CC BY-NC-ND