Solidarité digitale

Roberto Rossini

Translated by Jean Tonglet

p. 42-45

Translated from:
Solidarietà digitale. Il terzo settore e l'Intelligenza Artificiale

References

Bibliographical reference

Roberto Rossini, « Solidarité digitale », Revue Quart Monde, 259 | 2021/3, 42-45.

Electronic reference

Roberto Rossini, « Solidarité digitale », Revue Quart Monde [Online], 259 | 2021/3, Online since 01 March 2022, connection on 18 October 2021. URL : https://www.revue-quartmonde.org/10405

L’intelligence artificielle a jusqu’à présent été pensée surtout dans les sphères commerciales et productives. Le plan national de relance et de résilience (PNRR) élargit le spectre à l’administration publique : numérisation des procédures d’accès et gestion des millions de données échangées entre les citoyens et les organismes publics, de l’identité numérique au dossier médical électronique, par exemple. Est-il possible de penser à une IA qui soit également utile au secteur social1 ? Avec l’aimable autorisation de l’auteur et de la revue Vita Non Profit que nous remercions chaleureusement, nous reprenons ici les grandes lignes d’un article publié le 24 juin 2021, sous le titre Solidarietà digitale2.

Traduit de l’italien par Jean Tonglet.

Dans quelle mesure l’IA peut-elle faciliter la réalisation des objectifs que nous souhaitons poursuivre ? Pensons à la pauvreté : dans quelle mesure une organisation de lutte contre la pauvreté peut-elle bénéficier des avantages de l’IA ? Je distinguerai trois domaines d’action possibles.

Les sites web et les réseaux sociaux

Le premier est le plus évident et le plus utilisé jusqu’à présent : les sites et portails web pour la visibilité, la diffusion des informations, des pratiques et des procédures. Ensuite, les profils des réseaux sociaux pour la sensibilisation et la diffusion des idées, pour informer sur les événements et pour recruter des adhérents et collecter des fonds. À ce niveau, la numérisation fonctionne déjà. L’accélération due à la pandémie a multiplié les événements en ligne auxquels nous avons pu nous abonner de manière flexible. Nous nous rendons ainsi aux événements qui nous intéressent. Mais Facebook fait encore plus : les événements qui vous intéressent viennent à v...

1 En italien, l’auteur utilise le terme « terzo settore ». Nous utiliserons ici le terme secteur social ou société civile.

2 Texte intégral en italien : http://www.vita.it/it/article/2021/06/24/solidarieta-digitale-il-terzo-settore-e-lintelligenza-artificiale/159788/

3 Le SPID (Sistema Pubblico di Identità Digitale) est un identifiant numérique composé d’un nom d’utilisateur et d’un mot de passe, avec lesquels il

Roberto Rossini

Diplômé en sciences politiques, Roberto Rossini est engagé depuis de longues années dans les ACLI (Associazioni Cristiane Lavoratori Italiani), une des plus importantes associations de promotion sociale et d’éducation populaire italienne. Il en a été président national de 2016 à 2021. Il est aujourd’hui porte-parole de l’Alleanza contro la povertà (Alliance contre la pauvreté) qui regroupe la plupart des organisations et mouvements de lutte contre la pauvreté en Italie.

CC BY-NC-ND