De Toulouse jusqu’en Haïti, le théâtre‑débat

Catherine Mouton and Marie-Odile Diot-Girard

p. 42-45

References

Bibliographical reference

Catherine Mouton and Marie-Odile Diot-Girard, « De Toulouse jusqu’en Haïti, le théâtre‑débat », Revue Quart Monde, 262 | 2022/2, 42-45.

Electronic reference

Catherine Mouton and Marie-Odile Diot-Girard, « De Toulouse jusqu’en Haïti, le théâtre‑débat », Revue Quart Monde [Online], 262 | 2022/2, Online since 01 December 2022, connection on 29 January 2023. URL : https://www.revue-quartmonde.org/10687

Propos recueillis par Marie-Odile Diot-Girard.

Que diriez-vous pour vous présenter ?

J’ai suivi une formation d’ingénieur agronome puis j’ai fait une école de commerce. Je suis partie ensuite deux années comme volontaire en Haïti car je voulais donner du sens aux questions de justice sociale et de rencontre au delà des frontières.

J’ai participé en tant que chargée de projet à l’action d’un mouvement paysan, le MouvmanPeyizanPapay, très engagé dans l’amélioration des conditions de vie et la conscientisation du monde paysan, si déconsidéré en Haïti. Cette expérience a été fondatrice pour moi : j’y ai découvert combien certains vivaient dans la précarité, au jour le jour, mais aussi combien la rencontre est possible avec des personnes a priori très éloignées de mon vécu et de ma culture.

J’ai ensuite dirigé à Toulouse (quartier du Mirail) un centre de formation de formateurs et de responsables et j’ai découvert la réalité de vie des populations et la richesse du monde associatif des « quartiers ».

Puis j’ai dirigé le programme Maroc avec Handicap International. Et je me suis trouvée confrontée à cette autre fragilité qu’est le handicap.

J’ai également mené des actions de conseil et de formation pour des cabinets toulousains et parisiens.

Comme j’aimais jouer et chanter, j’ai pris une année sabbatique pour me former à l’art dramatique. Depuis 2004, je travaille avec différentes compagnies en tant que comédienne et metteure en scène.

Quelle est votre action à Toulouse ?

Depuis 15 ans avec la Compagnie Canal’Art, nous puisons dans la « boîte à outils » du théâtre pour aider les personnes à se mettre en mouvement, pour recueillir leur expression par le jeu théâtral, pour favoriser le dialogue et les échanges.

Nous intervenons notamment dans les quartiers dits « sensibles » de la politique de la ville1, afin de favoriser l’expression des habitants, enfants comme adultes ainsi que des professionnels présents à leurs côtés. Nous intervenons, avec nos outils, à la demande et en partenariat avec les structures qui les accompagnent au quotidien. Par exemple en ce moment nous mettons en place un cycle de quatre séances avec des mamans d’enfants de maternelle sur le sujet : « Au-delà des écrans, qu’est ce que je peux faire avec mon enfant ? » Ces séances sont l’occasion pour elles de s’exprimer au-delà de la parole en sollicitant le corps, les émotions et l’imaginaire, c’est à dire tout l’être. À partir de ce qui va émerger, nous produirons des saynètes qui seront jouées devant d’autres parents, à l’occasion de « théâtre‑débats ».

Précisez-nous ce qu’est le « théâtre-débat »…

Le théâtre-débat est une approche inspirée du « théâtre de l’opprimé » d’Augusto Boal2.

Nous jouons des saynètes qui introduisent des échanges entre les participants. En quelques minutes, la situation est exposée concrètement et efficacement à travers la saynète. Le public peut s’identifier aux personnages. L’humour permet de relativiser et de dédramatiser. La situation renvoie des émotions qui peuvent être partagées en parlant des personnages pour parler de soi. L’animation des échanges favorise le partage d’expérience et la prise de recul et reconnaît les ressources de chacun. C’est un outil qui facilite les échanges entre pairs. Ce n’est surtout pas une conférence ni une leçon. Nos saynètes ne montrent pas « ce qu’il faut faire ». Elles posent des questions.

Pour nous, le théâtre est un moyen privilégié de recueillir la parole des personnes. Par exemple, nous allons animer une action avec un centre social autour du thème « Parlons violence ». Nous ne savons pas encore ce que cela produira.

Nous utilisons également le théâtre avec des enfants et des jeunes sur les questions de relations filles-garçon, d’usage des écrans, de vivre-ensemble, etc.

Comment avez-vous travaillé en Haïti ?

Nous avons été sollicités par une ONG haïtienne, CROSE, qui coordonne un réseau de groupements paysans dans la région de Jacmel au sud-est de Haïti. L’idée était de travailler avec un groupe de femmes (petites vendeuses,…) venant de quartiers assez proches de Jacmel autour des violences faites aux femmes et aux petites filles.

Ces femmes s’étaient constituées en collectif, et le projet était de les accompagner dans la création d’outils de sensibilisation auprès de jeunes, garçons et filles de 10 à 15 ans. Nous leur avons proposé des ateliers de théâtre trois après-midi par semaine pendant deux semaines. Elles ont adhéré avec enthousiasme. Les exercices de théâtre leur ont permis de se rencontrer autrement, de s’exprimer, de prendre confiance en elles, d’échanger avec les autres, de rire ensemble.

Une de nos préoccupations était que la dynamique puisse continuer sans nous. Nous avons demandé à un jeune comédien haïtien, formé au théâtre-forum, de continuer à accompagner le groupe. Le 25 novembre, pour la Journée internationale pour l’éradication des violences faites aux femmes, elles ont mené des actions de sensibilisation en jouant des saynètes dans des écoles.

J’ai trouvé très intéressant de voir comment ces outils théâtraux pouvaient être utilisés en Haïti. J’ai été émerveillée de voir comment les femmes s’en sont saisies, et ce qu’elles en ont fait.

Nous travaillons avec toutes sortes de personnes, pas seulement des personnes dites en difficulté. Le théâtre est un outil très puissant pour travailler sur les représentations, la communication, l’estime de soi, la confiance, etc. Il permet à chacun de s’exprimer et de se mettre en mouvement.

Atelier théâtre avec les femmes à Jacmel, Haïti, avril 2022

Image 10000201000004280000036822DEC5F921974EE2.png

© Photo Cécile Bérut

1 En France, la Politique de la ville a pour but la cohésion urbaine et la solidarité envers les quartiers les plus défavorisés. Elle vise à restaurer

2 C’est dans l’Amérique Latine des années 1970 qu’Augusto Boal crée la méthode Théâtre de l’Opprimé, avec l’objectif de rendre visibles des conflits

BAQUE Pierre, Art et société, renforcer les liens sociaux par les arts, Coll. « Notes du C.A.S. », Conseil d’analyse de la société, France, 2007

BOAL Augusto, Le Théâtre de l’Opprimé, Éd. Maspéro, Paris, 1977

BOAL Augusto, Jeux pour acteurs et non-acteurs, Éd. La Découverte et Syros, Paris, 1991

CARASSO Jean-Gabriel, Art, culture et éducation au cœur d’une passion, Éd. Lansman, Carnières-Morlanwelz, 2008

DAMASIO Antonio R., L’erreur de Descartes : la raison des émotions, 1994, trad. fr., Éd. Odile Jacob, Paris, 1995

DEGAINE André, Histoire du théâtre dessinée, Éd. Nizet, 1992

FREIRE Paulo, La pédagogie des opprimés, Éd. Maspéro, Paris, 1974

KAUFMANN Jean-Claude, L’invention de soi – une théorie de l’identité, Éd. Colin, Paris, 2004

LORELLE Yves, Le corps, les rites et la scène – des origines au XXe s., Éd. de L’Amandier, Paris, 2003

LOSER Francis, La médiation artistique en travail social, enjeux et pratiques en ateliers d’expression et de création, Coll. du Centre de Recherche Sociale, IES éditions, France, n° 7, 2010

MONTI Chiara, SOLVES Juliette (sous la dir. de), L’art pour quoi faire – à l’école, dans nos vies, une étincelle, Coll. « Mutations », Éd. Autrement, France, septembre 2000, n° 195

MORIN Edgar, Pour une politique de civilisation, Éd. Arléa, Paris, 2008

OSMALIN Philippe en collaboration avec l’association AIDE ET ACTION : Pratiques théâtrales et apprentissages citoyens (avec vidéos), en version numérique (téléchargeable sur les sites du Théâtre de la Fugue et d’Aide et Action)

PAGE Christiane (coordonné par), Pratiques du théâtre, Coll. Ressources Formation, CNDP, Éd. Hachette Éducation, Paris, 1998

PRÉVAND Jean-François, Le théâtre une école de vie, SCEREN / CRDP d’Aquitaine, Bordeaux, 2003

1 En France, la Politique de la ville a pour but la cohésion urbaine et la solidarité envers les quartiers les plus défavorisés. Elle vise à restaurer l’égalité républicaine et à améliorer les conditions de vie des habitants en mobilisant toutes les politiques publiques.

2 C’est dans l’Amérique Latine des années 1970 qu’Augusto Boal crée la méthode Théâtre de l’Opprimé, avec l’objectif de rendre visibles des conflits sociaux et politiques en soutenant la prise de parole de groupes marginalisés, opprimés par les pouvoirs totalitaires. Voir la bibliographie en p. 45 de ce dossier.

Atelier théâtre avec les femmes à Jacmel, Haïti, avril 2022

Atelier théâtre avec les femmes à Jacmel, Haïti, avril 2022

© Photo Cécile Bérut

Catherine Mouton

Catherine Mouton est comédienne et metteure en scène au sein de la compagnie Canal’Art qu’elle anime avec Vincent Dournaux. Leur pratique du « théâtre-débat » les a conduits des quartiers de la politique de la ville à Toulouse jusqu’en en Haïti auprès de femmes d’une association rurale dans la région de Jacmel.

Marie-Odile Diot-Girard

CC BY-NC-ND