“Justes enfances”. Revue Délibérée n° 13

Éd. La Découverte, 2021

Catherine de Sairigné

Bibliographical reference

Justes enfances. Revue Délibérée n° 13 (Revue de réflexion critique animée par le Syndicat de la Magistrature). Éd. La Découverte, 2021. 94 p. https://www.cairn.info/revue-deliberee-2021-2.htm

References

Electronic reference

Catherine de Sairigné, « “Justes enfances”. Revue Délibérée n° 13 », Revue Quart Monde [Online], 263 | 2022/3, Online since 01 September 2022, connection on 23 February 2024. URL : https://www.revue-quartmonde.org/10808

Le dossier de ce numéro donne en préambule « carte blanche » à un artiste, Claude Ponti, auteur et illustrateur de renom, victime d’inceste dans son enfance et qui raconte ici, dans un texte très fort, comment la rage a été pour lui salvatrice.

Le but de ce numéro est de s’interroger sur la place des normes, des institutions, sur le rôle du droit, afin d’imaginer de nouveaux modèles d’organisation sociale et familiale qui sortent de la catégorisation entre enfance à protéger et enfance à redresser.

Wilfried Lignier, sociologue, montre comment les enfants se socialisent et se structurent au sein de l’univers dans lequel ils vivent, et utilisent les normes de leur univers immédiat pour s’adapter à d’autres univers.

Trois juges des enfants s’expriment sur la nécessité de concilier le recentrage pénal de la protection judiciaire de la jeunesse, avec la primauté de l’intérêt de l’enfant.

Un pédopsychiatre se penche sur les difficultés des institutions face aux adolescents « difficiles » et à leur prise en charge institutionnelle.

Un retour d’expérience est fait sur la mise en place de la désignation d’un avocat d’office pour chaque mineur suivi en assistance éducative : une pratique qui permet de faire davantage vivre les droits de l’enfant.

Deux questions parmi d’autres : Comment améliorer l’accès de l’enfant à la justice ? En rédigeant de façon compréhensible et claire les textes et les jugements le concernant…

Peut-on proposer un statut juridique donnant aux adolescents (à partir de 13 ans) davantage de possibilités pour faire valoir leurs désirs, choix et décisions ?

Enfin, la revue publie la lettre de démission d’une jeune juge, envoyée au Garde des Sceaux : un témoignage fort de sa désillusion vis-à-vis de la magistrature et de son désir de « retrouver sa liberté de vivre et de s’exprimer ».

Des textes forts, qui ne sont pas d’une lecture facile (et en langue inclusive), mais ouvrent une réflexion en profondeur sur le rapport de l’enfance avec la justice.

Catherine de Sairigné

By this author

CC BY-NC-ND