«Dis, Papa, qu’est-ce que c’est la paix ?»

Jacqueline Chabaud

References

Electronic reference

Jacqueline Chabaud, « «Dis, Papa, qu’est-ce que c’est la paix ?» », Revue Quart Monde [Online], 148 | 1993/3, Online since 05 March 1994, connection on 27 January 2020. URL : https://www.revue-quartmonde.org/3303

Index chronologique

1993/3

Un père, Palestinien, raconte à un journaliste qu’il a trouvé difficile la réponse à cette question. Répondre à son enfant qu’il n’aurait plus peur ne lui suffisait pas. Justement parce que cet habitant de Jérusalem, sans haine ni rancune, est prêt à tous les pardons afin que ses enfants et ceux des Juifs apprennent à vivre ensemble : il ne revendiquera pas la maison de son père et souhaite le bonheur à ceux qui l’ont occupée. Comme des parents juifs partagent cette même volonté de faire la paix, l’espoir devient enfin possible.

Israël le rappelle aux générations qui n’ont pas vécu la Seconde guerre mondiale : il y a bien des chefs de guerre, il n’y a pas de chefs de paix. La paix, une fois signée, reste à faire entre les hommes.

Quand les chefs de guerre de toutes les terres déchirées par les conflits ethniques auront enfin signé le cessez-le-feu, des millions d’enfants interrogeront : « Dis, Papa, qu’est-ce que c’est la paix ? » Et leurs pères et leurs mères, heureusement, trouveront difficile cette réponse que, dans nos pays sans conflit guerrier, nous avons tendance à faire si aisément pour les autres.

Saurions-nous déjà vivre ensemble, entre citoyens habitant un même sol ? Aurions-nous déjà appris à nous pardonner les violences et les injustices que nous commettons les uns envers les autres ? Serions-nous déjà si convaincus de la dignité de tout homme pour en avoir fini avec l’oppression du plus fort sur le plus faible ?

Comment ne pas aller chercher les réponses à ces questions avec les personnes et les familles en grande pauvreté ? Elles luttent pour obtenir le droit d’habiter – un logement et une commune – le droit d’agir en citoyen libre et responsable, le droit au respect de leur dignité, bref, pour obtenir le droit de vivre avec les autres. Le 17 octobre, Journée mondiale de refus de la misère, offre à chacun cette chance d’aller chercher les réponses avec les plus pauvres et leurs amis. Engagés dans le combat contre la misère et l’exclusion, ils ouvrent le chemin de ce vivre ensemble qu’est la Paix.

(Cf. Nouvel Observateur du 16 septembre 1993)

Jacqueline Chabaud

By this author

CC BY-NC-ND