Chercher la dignité de l’homme, au-delà des mots

Jacqueline Chabaud

References

Electronic reference

Jacqueline Chabaud, « Chercher la dignité de l’homme, au-delà des mots », Revue Quart Monde [Online], 141 | 1991/4, Online since 05 May 1992, connection on 01 October 2020. URL : https://www.revue-quartmonde.org/3670

Dans les lieux de divertissement de certains pays, des hommes ont pris l’habitude de lancer comme des boules d’autres hommes, souffrant de nanisme. Voilà peu, cette pratique naissante en France a été interdite, car attentatoire à la dignité humaine des personnes de petite taille. Une radio, puis un journal télévisé, m’ont appris cette heureuse interdiction que, dans les deux cas, les journalistes paraissaient approuver. Pourtant, sous prétexte d’objectivité, n’ont-ils pas eux-mêmes attenté à la dignité humaine de tous ?

Bien sûr, parole fut donnée à la personne - la seule paraît-il en France - qui avait accepté d’être ainsi propulsée dans l’espace. La télévision l’a présentée avec son casque et ses protections de rigueur. Ainsi enfermé dans sa carapace, cet homme a dit regretter cette interdiction, car pour la première fois de sa vie, il avait eu un travail, des contacts et des occasions de voyager. Et l’on sauta à une autre actualité, sans chercher à comprendre ce que pareil aveu signifiait. Combien de téléspectateurs, plus ou moins attentifs, auront-ils entendu cet homme qui, au-delà des mots, criait sa longue souffrance d’être exclu de la communauté humaine pour cause de centimètres hors norme ?

Avant de conclure avec lui, on avait présenté quelques images de ce « spectacle », et vite questionné quelques personnes présentes. Sont-ils vraiment fiers d’eux ces femmes et ces hommes que la télévision a montrés riant de cette « distraction » dans une boîte de nuit ? Dégrisés et rendus à eux-mêmes, tiendraient-ils encore les propos amusés et légers qu’ils ont prononcés devant le micro ? Qu’apportent à la réflexion l’image sur le vif et le micro à chaud quand l’être ainsi saisi se trouve prisonnier des pulsions les plus basses ? La question vaut pour tous ces micros-trottoirs et enquêtes express prétendant refléter l’opinion publique, alors que les gens se trouvent pris au piège de réaction à fleur de peau.

Nombre de journalistes s’interrogent sur la neutralité, ou l’honnêteté ou l’objectivité de leurs informations. Comment leur faire découvrir la pensée du père Wresinski, née de sa propre expérience et de celle des très pauvres ? Pour lui, il n’y avait de vérité que dans le parti pris indéfectible pour l’homme et sa dignité. Rechercher passionnément la dignité de l’autre, c’est lui permettre de l’exprimer et de rechercher celle de son interlocuteur. De cette profondeur-là seulement naît la rencontre.

Mais au fait, pareil parti pris est-il le nôtre, indéfectiblement ?

Jacqueline Chabaud

By this author

CC BY-NC-ND