Transmettre l’urgence

Cosette Menzies

References

Electronic reference

Cosette Menzies, « Transmettre l’urgence », Revue Quart Monde [Online], 129 | 1988/4, Online since 05 May 1989, connection on 10 December 2019. URL : https://www.revue-quartmonde.org/4028

L’Association Mondiale des Guides et Éclaireuses est une organisation de jeunesse à but éducatif. Par le jeu et les activités en commun, elle forme des jeunes motivées et responsables. Ces jeunes ne vont pas s’enfermer dans leur jardin ; elles s’ouvrent aux besoins et aux problèmes de leur société et vont participer à les résoudre.

Index chronologique

1988/4

Nous sommes souvent considérées comme des activistes qui agissent avant de réfléchir. En fait, nous sommes surtout très concrètes. Nous essayons d’apprendre aux enfants à regarder le monde, à jouer, à réfléchir, à reconnaître leurs responsabilités et ensuite à agir.

Notre engagement est fidèle à la promesse que fait chaque fille à la loi éclaireuse dans le respect de sa religion et de sa culture, promesse et loi qui respectent l’autre et la nature.

Chaque association nationale est indépendante. Elle choisit ses programmes et ses projets. Le mouvement en Europe se concentre aujourd’hui sur l’amélioration de l’environnement, la paix, la vie spirituelle, les méthodes pédagogiques de groupe et l’amélioration du statut de la femme.

En 1988 les trois quarts des Guides et Éclaireuses vivent dans les pays du Tiers-Monde. La priorité est aux actions de développement : alphabétisation, projets de santé, projets de développement rural… Ces actions sont souvent engagées auprès des populations pauvres, avec les orphelins et les enfants de la rue au Bangladesh et au Nigeria pour ne citer que ces deux pays.

Ici à Genève, en tant que représentantes de l’Association Mondiale, nous n’avons pas apporté un message ; mais nous [jouons] plutôt le rôle de « courroie de transmission » entre les Nations Unies, notre Bureau Mondial de Londres et les associations nationales.

En 1979, dès le début de l’Année Internationale de l’Enfance, le Mouvement ATD Quart Monde a alerté les ONG sur l’urgence de la situation des enfants les plus pauvres. Avec d’autres ONG à vocation humaniste, nous nous sommes senties responsables de transmettre ce message. Nous avons donc participé au groupe OING Quart Monde. Cette contribution d’ONG variées a aidé ATD Quart Monde à se faire connaître, à montrer aux Nations Unies que son action était appuyée par d’autres ONG.

Les plus pauvres ne sont pourtant pas la préoccupation unique de notre association. Si nous sommes concernées par tous les enfants, notre association se rend pourtant compte que les plus pauvres ne peuvent pas s’engager avant d’avoir « la tête hors de l’eau ».

Mais nous nous sommes senties responsables de transmettre l’urgence des problèmes des plus pauvres.

Tout d’abord, il nous a fallu comprendre et faire comprendre ce qu’était le Quart Monde, aller au-delà d’une étiquette qui risquerait de mettre en quarantaine toute une partie de la jeunesse. Les dépliants élaborés en groupe ont aidé ; nous avions quelque chose en main à transmettre.

Lors de la première conférence mondiale où nous avons alerté nos délégués nationaux, il fallait partir de zéro, tout expliquer. Mais déjà l’année dernière à Nairobi, l’importance des problèmes du Quart Monde ressortait dans presque tous les groupes de travail aussi bien sur la santé que sur le développement.

Le Groupe OING Quart Monde nous a aussi donné l’occasion de nous associer à un combat pour les droits de l’homme, pour plus de justice, où nous ne nous sentions pas manipulées politiquement. Notre association qui tente de rester hors des conflits politiques, s’est surtout investie dans des domaines précis de la lutte pour le respect des droits de l’homme, comme dans la commission des droits de la femme, la Convention des Droits de l’Enfant. Un engagement plus global nous entraînerait très vite dans des choix politiques incompatibles avec les objectifs de notre association.

Au sein du combat pour les droits de l’homme mené par le groupe OING Quart Monde, nous avons pu garder notre indépendance car il ne faisait que rappeler au grand public l’importance de toute une partie oubliée de la population.

Ce petit groupe est unique dans le sens où il implique vraiment un engagement personnel de ses membres. Ce groupe où l’humain est au centre des préoccupations a réussi à se faire entendre bien haut dans les instances internationales.

Dans l’avenir, les membres du groupe devront jouer encore plus le rôle de relais du message d’ATD Quart Monde. La présence des plus pauvres sera d’autant plus visible qu’elle sera portée par les représentants de toutes les ONG du groupe.

Cosette Menzies

Suissesse, britannique, mariée et mère de trois enfants, interprète de formation, Cosette Menzies a participé pendant vingt ans en Ouganda et en Zambie à des projets de formation des jeunes femmes défavorisées. Depuis dix ans elle représente l'Association Mondiale des Guides et Éclaireuses auprès de l’O.N.U. à Genève.

CC BY-NC-ND