N° 129, 1988/4   •  Les plus pauvres, voix de l'homme
Dossier

Une démarche commune à des ONG diverses

Monique Costermans
  • publié en novembre 1988
Résumé
  • Français

Le groupe OING Quart Monde veut se faire l’écho des populations les plus défavorisées dont certains de ses membres sont très proches. Il se veut aussi groupe de réflexion et de soutien mutuel des ONG dans leur démarche de solidarité avec les plus pauvres. Sa manière d’écouter et de faire entendre les groupes de population « sans voix » dans leur souffrance et leur espoir n’enrichit pas seulement la représentation des plus démunis. Elle propose une conception de la défense des droits de l’homme non pas au nom des droits mais au nom des hommes. Ce groupe entend explorer une manière propre aux ONG de contribuer à la paix par le respect de tout être humain.

Index

Index chronologique

1988/4
Texte intégral

Mouvement International de l’Union Fraternelle entre les Races et les Peuples : Association Fraternelle Internationale

Le groupe OING Quart Monde est en prise avec la réalité vécue par les plus pauvres. Plusieurs des organisations membres sont enracinées dans des actions locales avec eux. L’Association Fraternelle Internationale membre du Mouvement International de l’Union Fraternelle entre les Races et les Peuples, en témoigne avec le souci de compléter cette action par des interventions au niveau national et international.

L’Association Fraternelle Internationale est un mouvement chrétien axé sur trois lignes de force : une foi vécue et engagée, un engagement pour la libération de la personne humaine, un sens profond d’universalité dans le respect de tout homme et de toute culture. La présence aux plus pauvres est apparue à certains membres comme l’engagement le plus approprié aujourd’hui à l’un des drames de notre époque : la grande pauvreté ou ses formes modernes, les nouvelles pauvretés.

Cet engagement a pris deux formes : l’une locale, l’autre internationale.

Localement : présence à long terme dans les milieux particulièrement défavorisés notamment dans les bidonvilles au Brésil ou en Corée, réflexion avec des gens du milieu pour voir comment améliorer les situations ou des conditions de vie.

À Si-Heung (Corée) cette action a pour point focal une pharmacie, le médecin du pauvre sans assurance sociale. Tout un service médico-social s’y est ajouté pour répondre aux besoins de tout le bidonville situé juste au dessus de la colline. Également à Séoul B. et G. ont choisi de s’insérer dans un bidonville et de partager la condition des gens, la couture journalière à la pièce, pour ensuite voir concrètement avec les gens comment améliorer les conditions de vie et de travail et voir les actions à entreprendre.

À Antwerpen (Belgique), Josée participe avec d’autres à la mise sur pied d’un centre de santé de quartier qui veut lancer des actions orientées vers la santé pour tous avec une insistance spéciale sur le travail de prévention, en prêtant attention aux aspects physiques, sociaux et spirituels de la personne.

Au Zaïre, Nyembo et Marie-Paule ont choisi de travailler dans les centres nutritionnels pour enfants qui sont aussi des centres médico-sociaux pour une population défavorisée dans son ensemble.

Autres formes locales d’engagement de l’Association dans les milieux les plus défavorisés : Travail avec des handicapés (USA, Egypte, Belgique, Japon), avec des migrants (Canada, USA, Belgique), écoles pour enfants défavorisés (Jordanie, Territoires Occupés d’Israël ), création d’emplois pour des femmes palestiniennes (Liban), travail d’organisation avec des paysans totalement démunis (Haïti, Brésil), aide éducationnelle dans des syndicats (Bolivie), services sociaux (Allemagne, Italie).

Mais l’autre volet, la représentation internationale, est tout aussi importante : expériences locales communiquées aux instances internationales, interventions en faveur des opprimés et défavorisés dans les tribunes internationales. L’UFER participe depuis 1979 au groupe OING Quart Monde : citons particulièrement sa contribution à l’engagement dans le cadre de l’Année Internationale de l’Enfant en 1979, la publication d’une bibliographie sur les réalisations en matière d’habitat et la publication commune sur le « logement des sans abri », à l’occasion de l’Année Internationale de 1987.

Réflexion et action locale, participation au niveau national, intervention au niveau international, information de la base au sommet et du sommet à la base par nos revues, tels sont quelques aspects de notre participation à la représentation des plus pauvres en vue de leur intégration à la société.

Pour citer cet article Monique Costermans, « Une démarche commune à des ONG diverses », Revue Quart Monde, Année 1988, Les plus pauvres, voix de l'homme, Dossier, mis à jour le : 08/02/2010,URL : https://www.revue-quartmonde.org:443/4033.
Auteur

Monique Costermans

Représentante auprès des Nations Unies à Genève du Mouvement International pour l’Union Fraternelle entre les Races et les Peuples