Connaître, entendre, associer les plus pauvres (encadré, p.37)

Jacques Zwick

References

Electronic reference

Jacques Zwick, « Connaître, entendre, associer les plus pauvres (encadré, p.37) », Revue Quart Monde [Online], 131 | 1989/2, Online since 05 November 1989, connection on 05 December 2019. URL : https://www.revue-quartmonde.org/4114

Index chronologique

1989/2

Je voudrais vous faire part d’un travail qui a lieu en ce moment et qui me semble intéressant.

La Communauté française de Belgique a décidé de faire de 1989 l’année de la solidarité. Elle a créé un « Groupe de lutte contre la pauvreté et l’exclusion » qui réunit les représentants des quatre ministres de la communauté française, l’ensemble des fonctionnaires généraux de tous les secteurs dont s’occupe la communauté et les représentants des cinq organisations porteuses de la plate-forme « Solidarité en plus, pauvreté en moins » (ATD Quart Monde, la Ligue des familles, le Mouvement ouvrier chrétien, Présence et action culturelle et la section CPAS de l’Union des villes). Le ministre Féaud a installé ce groupe le 31 janvier.

À la première réunion, le secrétaire général de la communauté française a dit très loyalement une chose très dure : « Les pauvres ne sont pas notre clientèle habituelle. Il s’agit donc que nous apprenions dans les services publics, comme dans les organisations privées à connaître, à entendre et à associer les plus pauvres ».

Actuellement, nous avons dégagé trois pistes de travail :

- d’abord la formation des enseignants, des éducateurs, des animateurs sociaux-culturels mais aussi des bibliothécaires et des moniteurs sportifs à rencontrer tous les publics, à comprendre, à avoir la sensibilité des différents publics y compris le public quart monde comme le public des immigrés, des réfugiés politiques ou des jeunes marginaux.

- en second lieu, créer des solidarités et des alliances : entre ceux qui vivent la chaîne de pauvreté depuis plusieurs générations et ceux qu’on appelle les nouveaux pauvres, ainsi qu’entre le Quart Monde et le monde ouvrier, entre les familles pauvres et l’ensemble du mouvement familial ; la Ligue des familles à cet égard a des relations privilégiées avec ATD Quart Monde.

- enfin nous croyons qu’il faut associer les familles du quart monde à l’élaboration des différentes politiques, de la petite enfance, de l’enseignement, de la santé, de l’aide sociale, parce que les familles du Quart Monde ont aussi droit aux loisirs, aux sports, à la politique des sports et du tourisme, à la politique de la culture. L’objectif général n’est pas de gérer la pauvreté mais de la détruire et de veiller à ce que le nécessaire des uns passe avant le superflu des autres.

Jacques Zwick

Jacques Zwick est membre du Groupe de lutte contre la pauvreté et l’exclusion, Bruxelles, 30 juin 1989

CC BY-NC-ND