L’autre est un risque

Bertrand Boureau

References

Electronic reference

Bertrand Boureau, « L’autre est un risque », Revue Quart Monde [Online], 122 | 1987/1, Online since 05 August 1987, connection on 01 October 2022. URL : https://www.revue-quartmonde.org/4251

Le monde de la procréatique a été mis quelque peu en émoi par les déclarations du biologiste Jacques Testard, suivies de son livre « L’œuf transparent », paru en octobre dernier. Il proclame la nécessité d’un moratoire de la recherche, en ce domaine. Celle-ci concernerait aujourd’hui, pense-t-on, les couples et les personnes cherchant à surmonter, à l’aide de ces techniques, leur stérilité. Nous savons bien que se joue ici une partie de l’avenir de l’humanité.

Les manipulations sur l’ovule que la biologie peut espérer maîtriser dans les prochains décennies ouvrent  tout droit le chemin au hasard zéro. « Ce qui me semble en fait le plus grave, s’inquiète J. Testard, c’est l’inflation désespérée de la demande d’assurance contre le hasard. Le chercheur, le biologiste que je suis, va se trouver face à une demande qu’il ne maîtrise pas. Cette science nous soulage beaucoup des anciennes misères. Elle prépare aussi à en souffrir de nouvelles, sans jamais nous garantir la guérison des unes et des autres. »

L’autre est un risque, surtout s’il est trop faible. Celui qui représente la vie fragilisée par un handicap rejoint, de ce point de vue, celui qui est englué dans la misère. Ils sont les victimes désignées de l’inattention de leur communauté. La menace d’exclusion est là. La solution d’aujourd’hui consiste à lui opposer une vigilance de tous les instants. Mais, demain, en supprimant le hasard, ne pourrait-on supprimer cette exigeante nécessité ? Plus d’enfants à risques, plus de risques d’exclusion et de souffrances. Peut-on réellement le croire ? Les êtres les plus vulnérables, l’enfant à naître qui n’est pas encore apparu, le plus pauvre qui a souvent disparu, nous rappellent qu’une telle perspective n’est qu’illusion car ils nous reposent la question de ce qui fait l’homme.

L’événement Testard rappelle à propos que la procréation n’est qu’une étape du hasard. L’homme, en maîtrisant ses techniques, peut prendre de nouvelles responsabilités dans le choix de celui qui naîtra et échapper ainsi à certains hasards. Mais cela ne diminuera guère le risque. Demain comme aujourd’hui l’autre nous fait courir le risque d’être autre. Serons-nous encore capables de courir ce risque demain ? Ce serait une chance !

CC BY-NC-ND