Présentation du film

Rédaction de la Revue Quart Monde

References

Electronic reference

Rédaction de la Revue Quart Monde, « Présentation du film », Revue Quart Monde [Online], Dossiers & Documents (1993), Online since 15 April 2010, connection on 21 September 2021. URL : https://www.revue-quartmonde.org/4506

Projeté avant la deuxième table ronde

Le film présente trois des expériences rhônalpines d’insertion professionnelle en entreprises. Les témoignages des personnes ayant achevé leur parcours de réinsertion et de leurs employeurs ou tuteurs, illustrent la volonté des partenaires de lutter contre la misère et les conditions nécessaires à la réussite d’un « emploi-formateur. » Voici quelques extraits de ce film :

Un métier, un avenir

Zahia, mère de 4 enfants ( maintenant aide à domicile de personnes âgées).

« Quand je suis arrivée en stage, c’était vraiment la déprime. Toutes les personnes qui étaient là avaient des problèmes… Et puis petit à petit tout le monde a changé. Les stagiaires, elles avaient un visage beaucoup plus rayonnant Tout le monde a eu un appartement, certaines ont pu récupérer leurs enfants… Il faut avoir beaucoup de volonté, mais il faut aussi que les patrons puissent donner une chance aux stagiaires. »

M. Paul Rivier, Président Directeur Général de TEFAL.

« Des militants d’ATD Quart Monde présents dans l’entreprise nous ont proposé de prendre des gens différents. Et nous l’avons fait parce que nous croyons  qu’une entreprise est un corps dynamique qui doit être citoyen… » La plupart de ceux qui sont rentrés, maintenant il y a 5 ans, sont devenus des salariés totalement comme les autres. Alors, c’est eux qui ont prouvé aux autres, et j'espère qu'ils l'auront prouvé à nous tous, que personne n’est jamais complètement perdu. »

Mme Sylvaine Viellard, salariée de TEFAL.

« Si on donne une chance, mais qu’il n’y a personne qui soutient, on peut se décourager. C’est très important qu’il y ait du monde derrière… Quand on a une chance comme ça, la meilleure façon de remercier les personnes qui ont fait confiance, c’est de s’accrocher, de faire son boulot correctement. »

M. Ville, ouvrier dans une PME de tôlerie, cuisines industrielles

« Je ne savais pas lire, ni compter. Maintenant, après 3 ans, je sais lire, compter ça va, écrire pas encore. Elle me plait la formation. Là j’ai pris du courage. En plus, j’ai eu un appartement, avant je vivais à la rue. »

M. Klein, (employeur de M. Ville)

« Oui, nous allons l’embaucher… Tout nous laisse penser qu’il donnera de bons résultats. Je pense qu’il ne doit pas y avoir d’exclus dans cette société, il doit y avoir une espèce d’entraide les uns vis-à-vis des autres. »

CC BY-NC-ND