Théâtre-Forum

Rédaction de la Revue Quart Monde

References

Electronic reference

Rédaction de la Revue Quart Monde, « Théâtre-Forum », Revue Quart Monde [Online], | 1997/, Online since 21 April 2010, connection on 18 February 2020. URL : https://www.revue-quartmonde.org/4603

Animé par Marie-Odile Novert avec la participation de Janine Béchet, Paul Buyse, Maryse Drecour et Quyen Tran

Mettre en scène des situations d’injustice vécues par elles-mêmes permet à des personnes très pauvres s’exprimer ce qu’elles ressentent. Le jeu d’un théâtre-forum offre la possibilité à d’autres personnes de s’impliquer à leur tour pour rechercher ensemble des solutions qui ne soient pas magiques.

Index chronologique

1997/01

La scène avait été construite à partir d’un travail avec un petit groupe de militants Quart Monde et de volontaires du Val d’Oise.

Un premier tableau montrait comment des familles peuvent se trouver contraintes de se mettre dans une situation illégale, en l’occurrence habiter dans un squat, et les difficultés qu’elles rencontrent, dans cette situation, pour faire valoir d’autres droits, en l’occurrence la scolarisation des enfants. Il montrait aussi les défenses des familles et leurs limites.

Les interventions du public ont essentiellement tenté de faire pression sur la mairie pour obtenir un logement, en occupant ses locaux ou en faisant appel à un journaliste, et de rechercher des solidarités dans le voisinage pour palier aux blocages administratifs (demander une domiciliation chez la voisine)

Le second tableau commence par l’expulsion et montre l’échec d’une tentative de soutien de la part de la directrice d’école, trop faible par rapport aux autorités en présence. Il montre que, malgré toutes les résistances dont elle avait fait preuve, la famille a dû se séparer pour que les enfants soient à l’abri, sans que, malgré tout, elle perde l’espoir de se réunir. Il montre enfin les conséquences pour la famille, de perdre tout dans une expulsion, y compris les papiers, ce qui conduit ici le père de famille à la clandestinité, sans possibilité de retrouver un travail. Là encore, les privations de droits s’enchaînent inexorablement.

CC BY-NC-ND