Olivier Peyon et Cyril Brody. Latifa, Le cœur du combat

Film documentaire français, 2017

Marie-Hélène Dacos-Burgues

p. 50

Bibliographical reference

Latifa, le cœur au combat, film documentaire français d’Olivier Peyon, et Cyril Brody, 2017, 1h37.

References

Bibliographical reference

Marie-Hélène Dacos-Burgues, « Olivier Peyon et Cyril Brody. Latifa, Le cœur du combat », Revue Quart Monde, 244 | 2017/4, 50.

Electronic reference

Marie-Hélène Dacos-Burgues, « Olivier Peyon et Cyril Brody. Latifa, Le cœur du combat », Revue Quart Monde [Online], 244 | 2017/4, Online since 15 June 2018, connection on 30 March 2020. URL : https://www.revue-quartmonde.org/6981

Le 11 mars 2012, Mohamed Merha tuait un sous-officier de l’armée française, Imad ibn Ziaten, fils de Latifa1, avant de tuer quelques jours après d’autres militaires ainsi que des enfants d’une école juive, Ozar Hatorah, et leurs parents, à Toulouse. La police croit d’abord à un règlement de compte entre « maffieux maghrébins ». Préjugé grave. Latifa ne peut se faire entendre de la police. C’est un point encore douloureux pour elle plusieurs années après. Plus tard, l’intention du terroriste établie, elle décide de pardonner et de s’occuper des jeunes des quartiers en déshérence. Elle se met à sillonner la France pour écouter et parler aux jeunes lycéens, en tant que française, musulmane, mère. Sa parole de paix est forte. Les questions posées sont sincères. Elle se rend également en prison et dans des centres pour enfants qui ont eu de grandes difficultés dans leurs parcours de vie et qui fréquentent une École de la deuxième chance. Calmement, partout elle explique, elle console. Les liens avec le Maroc, la ville de M’Diq où son fils est enterré, sont puissants. Elle est allée également sur la tombe des enfants juifs enterrés en Israël. Elle mène, avec l’association IMAD qu’elle a créée, des projets de rencontres internationales entres jeunes et a réussi à faire venir à Paris des enfants israéliens et palestiniens. Il lui arrive de recevoir des menaces de mort et surtout des attaques de contradicteurs de tous bords : sur le voile qu’elle porte, sur la laïcité, sur ses analyses politiques jugées insuffisantes. Capable d’une forte empathie et d’une bienveillance hors normes, elle dit n’avoir aucune peur et avoir trouvé ce qu’elle devait faire du reste de sa vie.

1 Latifa, le cœur au combat, film documentaire français d’Olivier Peyon, et Cyril Brody, 2017, 1h37.

1 Latifa, le cœur au combat, film documentaire français d’Olivier Peyon, et Cyril Brody, 2017, 1h37.

Marie-Hélène Dacos-Burgues

By this author

CC BY-NC-ND