Georges Emmanuel Clancier, Le pain noir

Ed. Robert Laffont, 1956, Coll. « J’ai lu »

Rédaction de la Revue Quart Monde

Bibliographical reference

Georges-Emmanuel Clancier, Le pain noir, 1956, Coll. « J’ai lu »

References

Electronic reference

Rédaction de la Revue Quart Monde, « Georges Emmanuel Clancier, Le pain noir », Revue Quart Monde [Online], 121 | 1986/4, Online since 05 April 1987, connection on 02 December 2020. URL : https://www.revue-quartmonde.org/7591

« Le pain noir », série de 4 volumes, nous raconte de manière très simple et vivante, la vie d’une famille pauvre, en Limousin, à la fin du siècle dernier et au début du XXème siècle. A la campagne d’abord où le père Charron est métayer, la vie est dure mais pleine de liberté et de joie ; en bordure d’un gros bourg où la famille arrive ensuite, il faut abandonner le métier de paysan, et trouver du travail ; en ville, enfin, à Limoges, où il faut rejoindre les ouvriers et vivre avec eux les débuts du syndicalisme, les premières grèves, l’industrialisation.

Le petit Pierre va à l’école, et il découvre un jour que sa grand-mère ne sait pas lire. Il s’indigne que personne de la famille n’ait pensé à lui apprendre. C’est lui qui le fera, décide-t-il et il s’attèle à la tâche, mais cette fois-ci cela aboutira à un vrai savoir. Pierre a grandi. Il est journaliste, romancier, et poète. Il entreprend d’écrire la vie de Catherine et des siens d’après tous les récits entendus depuis trente ans. Il lui remet le manuscrit pour qu’elle le lise : « il lui avait donné le secret qui le rendait toujours présent auprès d’elle. » Catherine ouvre le manuscrit et lit la première phrase... qui est celle du début de ce volumineux roman, dédié, il faut le rappeler, « à la mémoire de ma grand-mère sans qui ce livre n’aurait pas été écrit. »

Les familles du Quart Monde retrouveront dans ce livre la dignité et la fierté des pauvres, leurs luttes quotidiennes et leur courage sans cesse racontés ... La mère de famille réclame qu’on raconte la vie des pauvres, qu’on dise aux autres ce qu’ils vivent et c’est ce qu’a fait l’auteur.

CC BY-NC-ND