Gérard Mordillat, Ce que savait Jennie

Éd. Calmann-Lévy, 2012, 222 p.

Daniel Fayard

Référence(s) :

Gérard Mordillat, Ce que savait Jennie. Éd. Calmann-Lévy, 2012, 222 p.

Citer cet article

Référence électronique

Daniel Fayard, « Gérard Mordillat, Ce que savait Jennie », Revue Quart Monde [En ligne], 225 | 2013/1, mis en ligne le 01 septembre 2013, consulté le 30 novembre 2020. URL : https://www.revue-quartmonde.org/7752

« Le destin de cette fille était de voir beaucoup plus de choses qu’elle n’en pouvait comprendre, mais aussi, et dès le début, de comprendre bien plus que toute autre fille n’avait jamais compris avant elle. »

Cette citation arrangée de Henry James semble pouvoir convenir au personnage de Jennie dont nous suivons la destinée depuis ses 13 ans jusqu’à ses 23 ans. Une destinée peu banale que celle de Jennie, aînée d’un demi-frère et de deux demi-sœurs, tous placés suite aux disparitions tragiques de leurs mère, père et beau-père.

Déjà mûrie précocement par une vie familiale assez précaire, Jennie « n’avait qu’une idée en tête : s’évader des foyers, des centres d’accueil, des maisons familiales où on la traînait ; elle voulait retrouver ses frères et sœurs, courir à la mer et partir si loin que personne ne les retrouverait jamais. »

Durant toute sa courte vie d’adolescente, elle aura à la fois éprouvé une grande solitude qui la mettait à la merci de ses besoins incontrôlés de tendresse, et fait preuve d’une détermination quasiment obsessionnelle pour faire face à une adversité, bien qualifiée par la dernière phrase du livre de Gérard Mordillat : « C’est trop injuste ! »

Cet auteur, écrivain et cinéaste bien connu pour sa sensibilité et sa critique sociale, nous décrit ici avec force les moyens de survie, les luttes, les relations, les fêtes, les opinions politiques, les mœurs qui constituent l’univers des divers personnages mis en scène.

Un roman au service d’une dénonciation implicite, pas tellement celle du placement des enfants comme tel, mais plutôt celle de la séparation des fratries dans le placement.

Daniel Fayard

Articles du même auteur

CC BY-NC-ND