Vincent Viet, Histoire des Français venus d’ailleurs, de 1850 à nos jours

Ed. Perrin, Paris, coll. Tempus, 2004, 375 p.

Daniel Fayard

Bibliographical reference

Vincent Viet, Histoire des Français venus d’ailleurs, de 1850 à nos jours, Ed. Perrin, Paris, coll. Tempus, 2004, 375 p.

References

Electronic reference

Daniel Fayard, « Vincent Viet, Histoire des Français venus d’ailleurs, de 1850 à nos jours », Revue Quart Monde [Online], 190 | 2004/2, Online since 01 October 2004, connection on 21 October 2020. URL : https://www.revue-quartmonde.org/9222

Docteur en histoire, chercheur au CNRS, chargé de mission au ministère de l’Emploi et de la Solidarité, Vincent Viet nous présente ici un livre fortement documenté (75 pages pour les notes et 13 pour l’index), consacré à ceux qu’il appelle les « Francétrangers », c’est-à-dire ceux qui peuvent se considérer à la fois comme Français et comme étrangers, tout en ayant le sentiment de n’être ni tout à fait l’un ni entièrement l’autre.

Dans son introduction, l’auteur déclare souhaiter par cet ouvrage « introduire les étrangers dans l’histoire de la société française, en découvrant les fondements, les usages et les représentations de leur altérité » et avoir pour ambition de réussir à « naviguer entre deux espaces-temps » l’un, dominé par des forces historiques (entendons essentiellement économiques et politiques) qui s’affrontent sans que les acteurs en soient bien conscients, et l’autre qui se structure autour d’expériences communes majoritairement vécues au for privé, selon des continuités plus longues, mais par-là même rétives aux datations commodes et aux découpages sociaux reconnus »

Au final, le lecteur sort de cette relecture historique portant sur cent cinquante ans beaucoup plus introduit dans la complexité des politiques fluctuantes qui ont toujours caractérisé la manière dont les autorités publiques de la France se sont comportées à l’égard des étrangers migrants ou immigrés sur son territoire.

Celles-ci ont alterné des dispositions attractives pour répondre à des besoins de main d’œuvre de type économique ou militaire et des dispositions répulsives en période de chômage et de récession.

Elles ont joué sur un subtil dosage dans un accès aux droits plus ou moins ouvert ou restrictif (droit à la nationalité, droit au travail, droit au séjour, droit à la protection sociale...) mais le plus souvent diversifié selon les origines ethniques ou nationales.

Elles ont réagi avec prudence aux menaces xénophobes de la population « nationale » comme aux revendications sociales des minorités.

Tout cela nous est restitué à travers une étude minutieuse et détaillée des évolutions croisées des prescriptions législatives et réglementaires, des stratégies patronales et syndicales, des interventions diplomatiques des pays tiers, des changements de majorité politique, des bouleversements provoqués par les guerres, des mobilisations de l’opinion publique, des capacités de représentation des immigrés et de leurs associations.

Une lecture salutaire qui permet d’appréhender la situation contemporaine avec un certain recul, en ayant les informations nécessaires pour se rendre compte de ce qui est récurrent ou au contraire radicalement nouveau dans la gestion des flux migratoires par les pouvoirs publics et plus généralement dans les questions posées à notre société par la présence d’étrangers en son sein.

Daniel Fayard

By this author

CC BY-NC-ND