Anna Hope, La salle de bal

Éd. Gallimard, Folio, 2019, 438 p.

Annick Mellerio

p. 62

Bibliographical reference

Anna Hope, La salle de bal, Éd. Gallimard, Folio, 2019, 438 p.

References

Bibliographical reference

Annick Mellerio, « Anna Hope, La salle de bal », Revue Quart Monde, 259 | 2021/3, 62.

Electronic reference

Annick Mellerio, « Anna Hope, La salle de bal », Revue Quart Monde [Online], 259 | 2021/3, Online since 01 September 2021, connection on 17 October 2021. URL : https://www.revue-quartmonde.org/10426

Un asile en Angleterre en 1911. Un lieu brutal et désespéré où sont rassemblés des fous et des indigents, encadrés par des infirmières qui punissent tout écart et sous l’œil d’un jeune médecin qui s’intéresse à l’eugénisme.

Clem a refusé d’épouser le vieux professeur que lui destinait son père et elle a cessé de se nourrir. Son père l’a amenée à l’hospice où elle a été nourrie de force.

Ella est enfermée parce que, dans la filature où elle travaillait depuis l’âge de huit ans, elle a cassé un carreau pour voir le paysage.

John, après la mort d’une petite fille, a perdu son travail et sa femme, a vécu longtemps dehors et s’est présenté à l’hospice « décharné et disetteux ».

Les hommes travaillent la terre ou creusent des tombes collectives, les femmes lavent le linge.

Les hommes sont séparés des femmes sauf une fois par semaine où un bal est organisé dans une immense salle.

Parce qu’Ella, essayant de s’enfuir, a croisé un regard de pitié, celui de John, tous deux vont tenter de se rejoindre et de retrouver une humanité interdite.

Il faut du courage pour avancer la lecture dans cette atmosphère où tout et tous semblent se liguer pour que chaque individu abandonne son statut d’être humain.

Annick Mellerio

By this author

CC BY-NC-ND