L’enfer est parfois pavé de bonnes intentions

Romain Huret

p. 22-26

References

Bibliographical reference

Romain Huret, « L’enfer est parfois pavé de bonnes intentions », Revue Quart Monde, 260 | 2021/4, 22-26.

Electronic reference

Romain Huret, « L’enfer est parfois pavé de bonnes intentions », Revue Quart Monde [Online], 260 | 2021/4, Online since 01 June 2022, connection on 19 January 2022. URL : https://www.revue-quartmonde.org/10487

Au début des années 1970, aux USA, le bilan de l’ambitieuse Guerre contre la pauvreté démarrée en 1964 se révèle décevant. Principalement en cause : la non-prise en compte de l’humain, de la diversité des expériences de pauvreté, de la complexité de la vie des plus pauvres.

En 1973, aux États-Unis, une importante fonctionnaire du ministère de la Santé, de l’Éducation et de l’Assistance Sociale, nommée Alice Rivlin, est très amère. Elle a le sentiment qu’elle a, avec ses collègues du ministère, échoué à lutter contre la pauvreté dans le pays et à conduire efficacement la « guerre » démarrée par le président Lyndon Baines Johnson pour « éradiquer définitivement ce fléau » du sol américain. Elle reconnaît sans doute avoir péché par excès de naïveté et de technicité. Elle et les autres ont voulu combattre la pauvreté comme on « construit un pont », dit-elle, à coups de grands calculs, de bétons armés et de lourdes machines, une métaphore souvent utilisée par le président en personne. Tout n’a pas été raté, mais quelque chose semble avoir manqué : la prise en compte de l’humain, la diversité des expériences de pauvreté, la complexité de la vie des plus pauvres. À quoi bon mettre en œuvre des programmes si personne ne les connaît ? À quoi bon redistribuer de...

Romain Huret

Directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, historien des États-Unis, Romain Huret travaille sur les inégalités aux États-Unis.

CC BY-NC-ND