Parcours d’engagements

Jacqueline Chabaud

Citer cet article

Référence électronique

Jacqueline Chabaud, « Parcours d’engagements », Revue Quart Monde [En ligne], 194 | 2005/2, mis en ligne le 05 novembre 2005, consulté le 24 octobre 2020. URL : https://www.revue-quartmonde.org/2027

Ouvrons un dictionnaire, par exemple, le Larousse de poche 2000 au mot engagement...

Première définition: action d'engager, d'embaucher. Cela étonne. Mais comment des personnes engagées pour une cause juste et nécessaire à leurs yeux pourraient-elles ne pas recruter ?

Ensuite est évoquée la promesse par laquelle on s'engage. Là, nous savons ! C'est pourquoi nous hésitons souvent... tant nous craignons de donner trop ! En 1964, le père Joseph Wresinski l'expliquait aux volontaires: « Lorsque nous introduisons l'idée d'une durée déterminée, nous parlons d'un engagement à des réalisations concrètes. (...) C'est la vie qui nous appelle et notre vie est engagée. Car des êtres humains injustement refoulés du monde où nous vivons, il en existera toujours»1.

La troisième définition semble simple: prise de position sur les problèmes politiques ou sociaux. La chose va-t-elle de soi dés lors qu'il s'agit de défendre non pas tant les plus pauvres que de défendre avec eux le respect de l'égale dignité humaine et l'avènement d'un monde « libéré de la misère»2 ? Elle oblige à nous former sans cesse. Elle oblige à nous compromettre jusqu'à prendre parti pour des familles jugées par la société sans intérêt ou indéfendables. Et les personnes en grande pauvreté qui luttent aussi pour plus malheureux qu'elles sont les premières à savoir les risques qu'elles courent.

Oublions de mettre le ballon enjeu. Joignons la cinquième définition: bref combat militaire et la sixième: enrôlement volontaire d'un soldat. Le combat contre la misère ne pourra jamais être bref, certes. Mais l'idée de rejoindre par libre choix l'armée - une communauté - et d'avoir à donner sa vie, peut-elle rester tout à fait étrangère à celui-ci ?

Dernière acception: utilisation maximale par un sportif de ses qualités corporelles. Elle requiert du sportif qu'il se concentre pour «s'unir» et « tout donner » comme il aime à dire, ce qui lui rend impossible la moindre tricherie. L'image vaut au-delà du physique. « Il serait souhaitable que nous reconnaissions que notre démarche vers les pauvres est d'abord une démarche vers nous-mêmes. (...) Notre sincérité sera dans notre refus de monter sans qu'ils montent.. de grandir sans qu'eux grandissent, de nous établir sans qu'eux s'établissent. (...) On ne trompe pas un homme qu'on fait participer au même destin que soi. On le trompe dans la mesure où l'on prétend qu'il est de ce destin-là, et qu'on le laisse derrière soi. (...) Il n'y a pas de salut pour les uns, s'il n'y a pas de salut pour les autres»3.

L'équipe de Quart Monde remercie les amis qui ont accepté de retracer le plus simplement possible leurs parcours d'engagements car l'exercice exige modestie et lucidité. Puisse-t-il à notre tour nous inviter à la réflexion...

1 Écrits et paroles. Aux volontaires. Tome l, 1960-1967. éd. Saint Paul/Quart Monde, 1992, p. 256.
2 Préambule de la Déclaration universelle des droits de l'homme.
3 Idem, p. 356-357.
1 Écrits et paroles. Aux volontaires. Tome l, 1960-1967. éd. Saint Paul/Quart Monde, 1992, p. 256.
2 Préambule de la Déclaration universelle des droits de l'homme.
3 Idem, p. 356-357.

Jacqueline Chabaud

Articles du même auteur

CC BY-NC-ND