Un silence toujours difficile à rompre

Rédaction de la Revue Quart Monde

References

Electronic reference

Rédaction de la Revue Quart Monde, « Un silence toujours difficile à rompre », Revue Quart Monde [Online], 174 | 2000/2, Online since 05 December 2000, connection on 21 September 2021. URL : https://www.revue-quartmonde.org/2144

Australie : Pendant les Jeux, les sans-logis...

Le ministre du Logement s’attaque au fléau des sans-abri en projetant de réserver à ceux-ci de nombreux logements bon marché, en particulier des pensions de famille, des caravanes et des « sites gouvernementaux excédentaires » en attente de réaffectation, situés aux confins de la grande banlieue. Officiellement, il s’agit d’« aider ». (...) L’idée maîtresse est que, chaque fois que des visiteurs étrangers débarquent sur nos rivages en nombre plus ou moins important, il faut autant que possible cacher à leur vue tout spectacle « inesthétique ».

(...) Ces derniers temps, l’application des conditions de caution destinées à l’élimination des « fléaux sociaux » a connu une escalade. Elle s’accompagne de nouveaux pouvoirs : ceux donnés à la police de « faire circuler ». (Courrier international, 10-16/2/2000)

Belgique : La parole politique des plus pauvres

Il y a cinq ans, le gouvernement belge prenait connaissance du Rapport général sur la pauvreté. (...) Un processus de mobilisation sans précédent en Belgique et qui représentait une avancée importante au niveau de la participation des plus pauvres. (...) Aujourd’hui, le bilan de cette lutte contre l’exclusion est maigre. Le 17 octobre 1999, lors de la dernière Journée mondiale du refus de la misère, les militants de LST se sont inquiétés du manque de références à ce travail dans les déclarations des différents gouvernements de cette nouvelle législature. (Juste Terre, mars 2000)

Internet et école

Tout sociologue vous dira : l’école est un produit de la société. (...) Le mode d’intelligence qu’elle applaudit et véhicule est un frein à l’insertion de tous dans la société et dans le monde du travail. Déjà le recours au livre pose problème. Tous les parents n’ont pas une bibliothèque tapissant les murs. Les habitudes de lecture  influencent grandement l’apprentissage de rejetons à l’école. Alors, Internet, vous pensez bien ! Les citoyens les plus fragiles sont donc exclus deux fois : par la culture que produit l’école et par la technologie qu’ils ne peuvent s’offrir. L’exclusion sociale par analphabétisme informatique a de beaux jours devant elle... (Libertés, mars 2000)

Cancers et inégalités sociales

Un chapitre du Guide pratique d’oncologie à l’usage des généralistes, rédigé par Vincent Lorant (Ecole de santé publique de l’UCL) développe cette dimension importante de la lutte contre le cancer. Inégalités face aux risques : les cancers ne frappent pas au hasard et de la même manière les différentes catégories sociales. Qu’il s’agisse des cancers du poumon, de l’estomac, du larynx ou de l’utérus, on constate que la maladie est nettement plus fréquente dans les couches sociales défavorisées. (...) Inégalités face aux chances de guérison : les personnes défavorisées consultent généralement plus tard et bien souvent trop tard. (...) Inégalités face à la prévention : (...) les personnes défavorisées devraient être la cible principale des campagnes d’éducation à la santé. Malheureusement c’est auprès d’elles que ces initiatives ont le moins d’impact. A quoi sert le plus beau des dépliants pour un illettré ? (Cancerinfo, mars 2000)

La marche des femmes

Dans le monde, 70% des pauvres sont des femmes. Pourtant, elles fournissent les deux tiers des heures de travail. Mais elles ne gagnent que 10% du revenu mondial et possèdent moins de 1% de la fortune totale. Par ailleurs, deux tiers d’analphabètes sont aussi des femmes et selon les pays, de 25% à 75% d’entre elles sont régulièrement battues à la maison. Enfin, en Belgique, 60% des bénéficiaires du revenu minimum sont des mères seules avec des enfants. (Le Vif / L’Express, 10/3/2000)

Espagne : Non à la démolition d’un bidonville

Madrid. Le juge avait autorisé, le 18 mai dernier, l’entrée des employés municipaux dans un bidonville pour procéder à sa destruction. Les baraquements avaient donc été détruits. Les familles concernées ont présenté deux recours, l’un contre la décision de la mairie de détruire leurs maisons et l’autre contre la décision du juge de première instance. Pour ce dernier recours, les familles se sont basées sur le fait qu’elles se sentaient sans défense puisqu’on ne les avait même pas écoutées avant de les chasser. En deuxième instance, le tribunal a rappelé que « la non-violation du domicile et de l’intimité familiale concerne un droit fondamental » Il a donc annulé la démolition du bidonville pour atteinte aux droits fondamentaux. Il a ajouté qu’entrer dans le domicile d’une famille ne peut se faire qu’avec une autorisation judiciaire individualisée pour chaque baraquement. (El Païs, 13/12/1999)

Etats-Unis : Les clochards célestes de la Silicon valley

Longtemps cette terre fut celle des légumes et des agrumes. Aujourd’hui, elle porte des fruits d’un rapport autrement juteux. Imaginez que chaque jour qui passe sur la vallée fait éclore 63 nouveaux millionnaires en dollars. C’est le ratio quotidien moyen (...) Mais il y a les autres. Tous ceux qui n’entreront jamais dans la danse et qui, dehors, attendent. 20 000 sans-abri vivent dans ce comté de Santa Clara. Statistiquement, ce n’est pas pire qu’ailleurs. En revanche, et cela est unique au monde, 34% d’entre eux sont des salariés qui, durant la journée, occupent un emploi à plein temps. (...) Partout ailleurs sur cette terre, ces hommes et ces femmes vivraient décemment de leur travail. Ici, compte tenu du coût de la vie, du manque de logements sociaux et de la hausse permanente des loyers, ils en sont réduits à se nourrir dans des cantines publiques, à coucher dans des dortoirs communs et à mener des existences de clochards célestes. (Nouvel Observateur, 13-19 /4/1999)

France : Téléphone, l’abonnement social

L’abonnement social téléphonique, prévu par la loi depuis quatre ans et retardé par des difficultés de mise en œuvre sera effectif à compter de juillet au prix d’environ 45 francs par mois au lieu de 78 francs. (...) Les organismes sociaux enverront aux quelque 2,5 millions de bénéficiaires (titulaires du revenu minimum d’insertion, de l’allocation adulte handicapé, de l’allocation de solidarité pour les chômeurs en fin de droit...) une attestation permettant de demander la réduction à France Télécom, qui a accepté de gérer les demandes. (Sud-Ouest, 8/3/2000)

Une mère accusée de défaut d’éducation

Une mère de famille de 35 ans, dépourvue de situation professionnelle stable et vivant à la limite de la marginalité a été déférée devant le parquet à la suite des délits répétés de trois de ses fils âgés de 12, 14 et 16 ans (...) Un magistrat lui a notifié sa comparution devant le tribunal correctionnel de Mulhouse le 8 mars. Remise en liberté, elle encourt deux ans de prison. (Nouvelle République (10/2/2000)

Salvador : Retrouver les enfants volés pendant la guerre

Les enfants étaient enlevés après les opérations militaires. (...) Pendant des années, on n’a rien su de ces enlèvements.

Jusqu’à ce que la Commission de la vérité, mandatée par l’ONU pour enquêter sur les violations des droits de l’homme commises au Salvador pendant les années 80, arrive à Guarjila, un petit village. Trois paysannes affirmèrent alors aux enquêteurs qu’on leur avait pris leurs fils. (...) C’était l’une des méthodes utilisées par l’armée pour obliger les villageois à abandonner les zones de conflit. Ces mères disaient la vérité et le père Cortina avait décidé de se consacrer à la recherche de ces enfants. (...) « Il y a parfois eu des retrouvailles difficiles entre les enfants et leurs parents, raconte Jon Cortina. Certains jeunes accusaient leur famille de les avoir abandonnés. C’est l’idée qu’on leur avait rentrée dans le crâne. On leur faisait croire qu’ils étaient vivants grâce à la générosité des forces armées, que leurs parents ne les aimaient pas et préféraient lutter avec la guérilla. » (Courrier international, 17-23/2/2000)

La pauvreté vue par 60 000 pauvres de 60 pays

Une enquête exceptionnelle, menée pendant dix ans par la Banque mondiale, qui réclame la mise en œuvre de stratégies « novatrices », révèle que les Etats sont jugés « absents » voire néfastes dans la lutte contre la misère. (...) La Voix des pauvres - c’est le titre de ce livre dont le premier volume est paru le 14 mars - donne la parole à plus 60 000 hommes et femmes. (...) Il faudrait, dit la Banque mondiale, que les exclus aient davantage les moyens de « se hisser aux commandes pour évaluer elles-mêmes leurs besoins et concevoir les moyens d’améliorer leur condition de vie ». (Le Monde, 30/03/2000).

(Cette rubrique est réalisée grâce aux coupures de presse régulièrement envoyées et, le cas échéant, traduites par des amis lecteurs. Merci à chacun d’eux.)

CC BY-NC-ND