Il faut prendre la mesure des changements requis

Xavier Godinot

References

Electronic reference

Xavier Godinot, « Il faut prendre la mesure des changements requis », Revue Quart Monde [Online], Dossiers & Documents (1992), Online since 19 April 2010, connection on 30 November 2022. URL : https://www.revue-quartmonde.org/4546

Comme vous l’a montré Michel Trollé et comme vous le diront à nouveau nos amis de l’Union Régionale des Entreprises d’Insertion, une dynamique d’insertion professionnelle et de qualification peut être mise en œuvre avec des adultes en situation d’exclusion et accroître considérablement leur employabilité.

Pour une partie d’entre eux qu’il serait prématuré d’évaluer aujourd’hui, elle débouchera sur une qualification. Il importe aujourd’hui de chercher comment nos réponses pourraient être davantage à la hauteur des besoins.

Le Président Millon citait précédemment le chiffre de 8 000 demandeurs d’emplois depuis plus de trois ans sans aucune qualification et avec un niveau de formation 6 ou 5 bis dans la Région Rhône-Alpes.

Comment répondre à toutes ces situations ?

Tout d’abord, il faut bien prendre la mesure des changements d’attitude qu’attendent de nous les plus défavorisés. Sommes-nous convaincus de la nécessité d’inventer des méthodes appropriées pour associer les plus défavorisés à la définition, à la mise en œuvre et à l’évaluation de nos programmes d’insertion ?

La lutte contre l’exclusion, n’implique-t-elle pas une véritable révolution culturelle puisqu’il s’agit de passer d’un état séculaire d’assistance et d’exclusion du Quart Monde à une culture du partage des savoirs et du partenariat avec lui ?

D’autres orientations doivent être étudiées.

N’est-il pas nécessaire d’améliorer les moyens de connaissance de la grande pauvreté dans notre région ?

Comment accroître l’offre d’insertion des entreprises classiques sans que celles qui en prennent le risque ne soient pénalisées face à celles qui s’en abstiennent ?

Pour faciliter les parcours de qualification, les partenaires sociaux qui renégocient actuellement au niveau national la formation professionnelle en alternance pourraient-ils mettre au point pour les chômeurs adultes des formules analogues à celle du contrat d’apprentissage des jeunes ?

Les entreprises, l’Etat, le Conseil Régional, les partenaires sociaux qui gèrent les fonds d’assurance-formation pourraient-ils se donner l’ambition commune de faire de Rhône-Alpes une région exemplaire dans les domaines de l’insertion professionnelle et de la qualification des jeunes et des adultes de bas niveau ? Le Fonds de Gestion des Congés individuels de Formation en Rhône-Alpes a donné l’exemple en doublant en 1991 les crédits qu’il affecte à la formation des salariés sans qualification.

Le Conseil Régional peut-il envisager un vigoureux effort en direction des personnes de niveau 6 qui, en 1989, constituaient moins de 1% des bénéficiaires des formations qu’il finance ?

Comment ces différentes orientations peuvent-elles devenir réalité ? N’attendons pas que cela se fasse tout seul ! Même dans le pays des droits de l’homme et du citoyen, le respect des droits de chaque personne n’est jamais acquis et encore moins lorsque ces personnes sont défigurées par la misère. Il s’agit d’une conquête permanente qui dépend de la ténacité et de l’acharnement de chacun de nous.

Je tiens à remercier particulièrement les membres du groupe de travail qui ont participé activement à la préparation de ce colloque et se sont déjà engagés dans cette voie de la ténacité.

Xavier Godinot

Délégué régional d’ATD Quart Monde

By this author

CC BY-NC-ND