Ouverture de la journée

Rédaction de la Revue Quart Monde

References

Electronic reference

Rédaction de la Revue Quart Monde, « Ouverture de la journée », Revue Quart Monde [Online], | 1994/, Online since 19 April 2010, connection on 01 October 2020. URL : https://www.revue-quartmonde.org/4585

Journée régionale. Vendredi 29 janvier1993. Hôtel de Région – Bordeaux. Journée ouverte par Monsieur Jacques Valade, Président du Conseil Régional, ancien Ministre

Aucun jeune sans avenir, une société pour demain

Les jeunes subissent les rigueurs socio-économiques et quelquefois morales de cette époque compliquée et troublée que nous vivons. Certes, le Conseil Régional assume ses responsabilités, mais nous serons à vos côtés pour le faire dans l’esprit d’ATD Quart Monde. Beaucoup d’entre nous ont beaucoup de sympathie pour cela et y contribuent à leur place, individuellement et modestement ; mais si l’institution peut vous aider, j’en serai particulièrement ravi. Je vais donc maintenant donner la parole à Madame Maraud, déléguée ATD Quart Monde, et ensuite à Simone Noailles.

* Madame Bernadette MARAUD, Délégué régionale ATD Quart Monde

Nous avons désiré cette rencontre, nous, militants du Mouvement ATD Quart Monde, parce que nous sommes témoins, comme beaucoup  d’entre vous, du cri d’une jeunesse qui aspire à tenir elle aussi sa place dans la société, à pouvoir bâtir des projets d’avenir, comme cela a été le cas pour nous tous. Que faut-il faire pour que ces jeunes qui vivent « la galère » et disent : « Je n’y crois plus » arrivent à reprendre espoir ? En choisissant le titre de ce colloque , « Aucun jeune sans avenir », nous en avons pesé les termes : aucun, c’est-à-dire personne, qui ne reste sur la route, aucun jeune, à qui on ne donne sa chance. Face à ce défi de la qualification, il s’agit de se rassembler, d’inventer, d’ouvrir des voies, d’avancer dans nos responsabilités communes. La lutte contre l’exclusion n’est pas un secteur marginal, un chapitre à part. La politique de formation est un droit pour tous, il figure dans notre Constitution.

Cette journée se veut un signe puisqu’en nous accueillant dans ces lieux, Monsieur le Président, vous donnez une tribune aux représentants de ces jeunes qui vont s’exprimer tout à l’heure, leur donnant les moyens d’être entendus, en véritables partenaires.

* Madame Simone Noailles, Adjointe au Maire de Bordeaux, représentant M. Jacques Chaban-Delmas, Maire de Bordeaux.

Le président Chaban-Delmas tenait beaucoup à être présent ce matin. C’était prévu dans son emploi du temps. Malheureusement, il est souffrant et retenu à Paris. Vous savez que le Président Chaban-Delmas avait non seulement beaucoup d’estime, mais aussi beaucoup d’affection pour le père Joseph Wresinski, et c’était bien réciproque...

C’est vrai qu’aujourd’hui, des milliers de jeunes sont sans emploi et sans qualification. Ils risquent de se trouver exclus du monde du travail s’ils n’arrivent pas à avoir une qualification. Ils risquent de vivre d’expédients, de petits boulots, ou d’assistance sociale. Il faut donc absolument leur permettre d’arriver à une qualification et à un métier.

Le président Chaban-Delmas, en 1972, quand il était Premier Ministre, avait été l’instigateur de la loi sur la Formation permanente. Cette loi supposait que l’on puisse donner une seconde, une troisième chance - il l’a dit souvent - à ceux qui avaient un métier qui ne répondait pas à leur attente ou à leur compétence. Mais encore faut-il que l’éducation commence par donner cette qualification. La lutte contre l’exclusion sociale passe absolument pas un accès, égal pour tous les citoyens, à l’éducation et à la formation permanente.

Pour cette raison, la journée d’aujourd’hui est importante. Des efforts sont faits, petit à petit. Le projet PAQUE, qui est en place à Bordeaux, et auquel ATD Quart Monde participe depuis le début, me paraît en effet une avancée. Ce ne sera pas facile, mais je crois que cela doit partir surtout des jeunes eux-mêmes, qui ont le désir d’avoir un métier, un métier qu’ils pourront choisir. Ce sera difficile et long, il faut en effet qu’ils travaillent, mais je crois que ce n’est pas une utopie. S’ils le veulent, nous pourrons les aider et nous espérons qu’ils y arriveront.

Je souhaite que cette journée de rencontre nous permette de nous écouter les uns les autres, de repartir peut-être plus décidés à ce que les choses avancent… Cette journée se passe au Conseil Régional, c’est tout un symbole !

* Monsieur Jean Sourzat, Vice-Président du Conseil Economique et Social d’Aquitaine, représentant de M. Marcel Cazale, Président.

Il sera fait une déclaration cette après-midi autour de la Table Ronde, mais je peux dire déjà que je représente le Président du Conseil Economique et Social d’Aquitaine, qui a accepté de parrainer la manifestation de ce jour et a signé le manifeste pour obtenir pour les plus pauvres une grande politique de lutte contre la grande pauvreté. Surtout, nous avons accepté de soumettre aux membres du bureau du CES une proposition d’auto-saisine sur le thème de l’accès à la formation professionnelle pour les jeunes les plus exclus, et ceci a été accepté par le Conseil Economique et Social. Suite à cette proposition, le bureau qui s’est réuni ce 15 janvier 1993, a décidé de se mobiliser sur le sujet en confiant la mise en œuvre de ce travail à l’une de nos commissions.

* Madame Bernadette Maraud

Je me tourne vers Monsieur Robert Pierron, qui nous a grandement aidés dans la préparation de ce colloque. Monsieur Robert Pierron est directeur de l’AREPA, Association Régionale de l’Education Permanente en Aquitaine. Je le laisse maintenant présenter les enjeux de cette journée.

Rédaction de la Revue Quart Monde

By this author

CC BY-NC-ND