Désormais, il est deux sortes de personnes humaines !

Jacqueline Chabaud

Citer cet article

Référence électronique

Jacqueline Chabaud, « Désormais, il est deux sortes de personnes humaines ! », Revue Quart Monde [En ligne], 162 | 1997/2, mis en ligne le 05 novembre 1997, consulté le 05 octobre 2022. URL : https://www.revue-quartmonde.org/661

Le tribunal administratif de Nice a jugé légal, pour l’essentiel, l’arrêté anti-mendicité pris l’été dernier par le maire de cette ville. Ce dernier annonce donc qu’il prépare un nouvel arrêté. Et bien d’autres maires qui avaient ainsi organisé la chasse aux pauvres vont en faire autant...

Les trois associations, la personne sans domicile fixe et les six Niçois qui avaient attaqué cet arrêté ne savaient sans doute pas compter jusqu’à deux ! Puisqu’ils croyaient, les naïfs, en l’unicité de la personne humaine. Selon le tribunal, ils devront donc apprendre à compter jusqu’à deux. Encore qu’en cette époque où l’on doute de tout, l’affaire ne soit pas aisée à résoudre, notez-le bien. Lors de l’audience, le 17 avril, le commissaire du gouvernement soulignait lui-même qu’en la matière, la jurisprudence n’avait pas tranché. Attaquant l’arrêté, il poursuivait : « Invoquer le respect de la personne humaine pour protéger le promeneur du mendiant relève de la cécité. » On ne saurait mieux dire.

Une fois encore, c’est bien de dignité qu’il s’agit. Non de troubles causés à l’ordre public pour la répression desquels les maires et la police disposent déjà de moyens légaux.

Quant à tirer la conclusion... Ne devrions-nous pas tous refuser d’aller baguenauder dans les centres-villes d’où la personne humaine est chassée, au prétexte qu’elle est pauvre ?

Jacqueline Chabaud

Articles du même auteur

CC BY-NC-ND