Le droit d’habiter cette terre

Isabelle Pypaert Perrin

p. 1

Citer cet article

Référence papier

Isabelle Pypaert Perrin, « Le droit d’habiter cette terre », Revue Quart Monde, 243 | 2017/3, 1.

Référence électronique

Isabelle Pypaert Perrin, « Le droit d’habiter cette terre », Revue Quart Monde [En ligne], 243 | 2017/3, mis en ligne le 15 mars 2018, consulté le 16 avril 2021. URL : https://www.revue-quartmonde.org/6902

« La première personne qui m’a dit que j’avais le droit d’habiter cette terre comme tout le monde, c’est le père Joseph, dit Nelly Schenker dans son intervention au colloque de Cerisy1. […] Il n’a pas seulement mené des actions, mais il a créé une histoire avec nous. Avec la Dalle, on rentre dans une histoire qui rassemble tout le monde autour de ceux qui souffrent le plus de la misère et qui restent absents partout ».

1987, l’année où il fait graver cette Dalle sur le Parvis des droits de l’homme et du citoyen à Paris, est une année dense pour le père Joseph sur le plan politique. Le 11 février, il obtient par consensus le vote au CES du rapport Grande pauvreté et précarité économique et sociale dont il est le rapporteur. Un rapport qui reconnaît la misère comme une violation des droits de l’homme. Un rapport qui propose une politique globale de lutte contre la pauvreté dont les plus pauvres seraient les partenaires. Puis, le 17 octobre au Trocadéro le père Joseph nous surprend encore : « Je témoigne de vous, millions et millions d’enfants, de femmes et de pères qui sont morts de misère et de faim, dont nous sommes les héritiers. […] Je témoigne de vous, mères dont les enfants condamnés à la misère sont de trop en ce monde. » Il rend un hommage magistral à tous ceux dont la vie est meurtrie par la misère, à leurs souffrances ignorées et à leur courage méconnu. Cet hommage ne fait pas appel à notre pitié. Il nous met face à la grandeur de personnes précises comme Nelly, et à leur combat permanent pour préserver l’humanité. « Je témoigne de vous, millions d’hommes, de femmes et d’enfants dont les cœurs à grands coups battent encore pour lutter, dont l’esprit se révolte contre l’injuste sort qui leur fut imposé, dont le courage exige le droit à l’inestimable dignité »2.

C’est de la reconnaissance de leurs efforts et de leur courage que naîtra le partenariat nécessaire à une politique globale, créatrice de « sociétés pacifiques et inclusives », comme l’exprime le thème retenu par les Nations Unies pour le 17 octobre 2017. Cette reconnaissance est dans les mains de chacun de nous. Osons-la, pratiquons-la.

1 Ce que la misère nous donne à repenser, autour de Joseph Wresinski, colloque qui s’est déroulé du 6 au 13 juin 2017 au Centre International Culturel

2 Strophes à la gloire du Quart Monde de tous les temps, 17 octobre 1987.

1 Ce que la misère nous donne à repenser, autour de Joseph Wresinski, colloque qui s’est déroulé du 6 au 13 juin 2017 au Centre International Culturel de Cerisy la Salle (France), avec ATD Quart Monde à l’occasion du centième anniversaire de la naissance de Joseph Wresinski.

2 Strophes à la gloire du Quart Monde de tous les temps, 17 octobre 1987.

Isabelle Pypaert Perrin

Isabelle Pypaert Perrin est Déléguée générale du Mouvement international ATD Quart Monde.

Articles du même auteur

CC BY-NC-ND