Xavier Beauvois. Les gardiennes

Fiction, France, 2017

Marie-Hélène Dacos-Burgues

p. 40

Référence(s) :

Les Gardiennes, fiction de Xavier Beauvois. Avec Nathalie Baye, Laura Smet, Iris Bry, Olivier Rabourdin. France, 2017, 134 min

Citer cet article

Référence papier

Marie-Hélène Dacos-Burgues, « Xavier Beauvois. Les gardiennes  », Revue Quart Monde, 245 | 2018/1, 40.

Référence électronique

Marie-Hélène Dacos-Burgues, « Xavier Beauvois. Les gardiennes  », Revue Quart Monde [En ligne], 245 | 2018/1, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 06 décembre 2019. URL : https://www.revue-quartmonde.org/7167

Il s’agit d’une histoire1 se déroulant pendant la première guerre mondiale. Le thème est celui la paysannerie, de la place qu’occupaient alors les femmes quand les hommes étaient au front, et accessoirement des hiérarchies qui s’établissaient entre ces femmes, du fait du jeu d’un certain pouvoir.

Hortense voit ses fils et son gendre partir à la guerre. Elle reprend seule avec sa fille Solange les rênes de la ferme. Commence alors un long épisode qu’on peut dire contemplatif de ces temps de travail avec les animaux pour produire de maigres et vitales récoltes. Longs épisodes, qu’on ressent comme vécus nostalgiquement par le réalisateur, sur ces scènes d’une ruralité ancienne (fauchage du blé et battage par exemple) et enfin sur la nouvelle mécanisation dont les femmes décident de l’utilité (non sans s’être assurées de l’accord des hommes qui sont au front).

Pour l’aider à faire face à ces travaux longs et pénibles, Hortense, fait ce qu’on faisait couramment à l’époque. Elle fait appel à une fille de l’Assistance publique, forte et courageuse, recommandée par une connaissance, et sans famille. Francine entre ainsi dans la famille d’Hortense dont elle sera appréciée.

Ce film est comme une page d’histoire, comme un documentaire a posteriori.

Si tout va bien tant qu’il est question de travail, les choses se gâtent lorsque des bruits courent dans le voisinage sur des soldats américains qui rendent visite à la ferme. Hortense a alors vite fait de choisir la coupable. Ignorant ou ne voulant pas savoir que Francine est aimée par son fils cadet, (l’aîné meurt à la guerre), désireuse sans doute de placer dans sa famille la jeune Marguerite, fille d’un premier mariage de Clovis, l’époux de sa fille, dure en « affaires » et donc dure en valeurs familiales, elle expédie Francine hors de chez elle, avec son rejeton dans le ventre, pour faire taire les rumeurs dont elle sait pertinemment que sa propre fille en est la responsable. À sa décharge, au départ, elle ne sait rien de l’amour de son fils et de Francine.

Mais lorsqu’elle saura, elle ne se ravisera pas. Nous avons là la trame de tant d’histoires de pauvres filles de cette époque et de tant de naissances illégitimes. Nous avons aussi trace des hiérarchies qui s’imposaient dans les familles. Les acteurs et les actrices sont à la hauteur de la tâche, y compris la débutante Iris Bry dans le rôle de Francine, plébiscitée par les critiques.

1 Les Gardiennes, fiction de Xavier Beauvois. Avec Nathalie Baye, Laura Smet, Iris Bry, Olivier Rabourdin. France, 2017, 134 min.

1 Les Gardiennes, fiction de Xavier Beauvois. Avec Nathalie Baye, Laura Smet, Iris Bry, Olivier Rabourdin. France, 2017, 134 min.

Marie-Hélène Dacos-Burgues

Articles du même auteur

CC BY-NC-ND