Branko Milanovic. Les inégalités mondiales. Le destin des classes moyennes, les ultra‑riches et l’égalité des chances

Éd. La Découverte, 2019, 288 p.

Brigitte Bureau

p. 62-63

Bibliographical reference

Branko Milanovic. Les inégalités mondiales. Le destin des classes moyennes, les ultra-riches et l’égalité des chances. Éd. La Découverte, 2019, 288 p. (Livre publié en 2016 aux États Unis sous le titre Global Inequality. A new Approach for the age of Globalisation). Préface de Thomas Piketty

References

Bibliographical reference

Brigitte Bureau, « Branko Milanovic. Les inégalités mondiales. Le destin des classes moyennes, les ultra‑riches et l’égalité des chances », Revue Quart Monde, 251 | 2019/3, 62-63.

Electronic reference

Brigitte Bureau, « Branko Milanovic. Les inégalités mondiales. Le destin des classes moyennes, les ultra‑riches et l’égalité des chances », Revue Quart Monde [Online], 251 | 2019/3, Online since 01 September 2019, connection on 16 October 2019. URL : https://www.revue-quartmonde.org/8090

Ce livre présente une description comparative de l’évolution des inégalités à des périodes différentes de l’histoire, dans des pays développés et dans des pays pauvres, avant et après la révolution industrielle puis à l’heure de la globalisation et des récentes révolutions technologiques, mais surtout à différents échelons géographiques, c’est-à-dire à l’intérieur d’un pays (en prenant des pays représentatifs par leur importance économique, et/ ou l’importance de leur population), puis en comparant l’évolution des inégalités de plusieurs pays entre eux et enfin, démarche plus nouvelle défendue par l’auteur, à l’échelon mondial.

L’étude montre quelles sont les forces économiques, politiques, technologiques qui ont entraîné une hausse ou une baisse des inégalités, forces qui, elles-mêmes, peuvent subir l’influence positive ou négative de phénomènes parfois imprévisibles (comme par exemple des catastrophes).

La base de départ de l’auteur est d’interroger, à l’heure de la globalisation, la pertinence de la courbe de variation des inégalités mise en lumière par l’économiste Kuznets, qui montre que les inégalités sont faibles dans un pays à faibles revenus, qu’elles s’accroissent au fur et à mesure que le pays se développe jusqu’à décroître lorsque le pays a atteint de hauts revenus (courbe de Kuznets, ou, courbe de l’éléphant, que l’auteur préfère appeler vague de Kuznets).

Cette observation des variations des inégalités permet de mettre en lumière la nature ambivalente de la mondialisation, d’en comprendre à la fois les bienfaits et les méfaits sur les inégalités.

Elle permet à l’auteur d’envisager, dans sa dernière partie, plusieurs scénarios possibles pour les années à venir, scénarios dans l’ensemble assez pessimistes tant les conditions pour que les inégalités baissent durablement au niveau mondial sont nombreuses et diverses, ce qui rend peu probable leur réalisation concomitante.

Au-delà des aspects techniques qui échappent en partie aux non-spécialistes de l’économie, ce livre apporte un éclairage sur l’actualité. Il explique en particulier les processus qui affectent les ex-pays riches et montre aussi l’importance qu’il y aurait, pour les pays, à penser leur politique au regard de la mondialisation, dans la perspective d’améliorer la situation de l’humanité, au lieu de se parer contre ses méfaits.

CC BY-NC-ND