Humiliée par la pauvreté

Asha Athumani

p. 38-39

References

Bibliographical reference

Asha Athumani, « Humiliée par la pauvreté », Revue Quart Monde, 252 | 2019/4, 38-39.

Electronic reference

Asha Athumani, « Humiliée par la pauvreté », Revue Quart Monde [Online], 252 | 2019/4, Online since 01 June 2020, connection on 15 December 2019. URL : https://www.revue-quartmonde.org/8345

Chaque année, lors de la Journée Mondiale du refus de la misère, des diplomates et des fonctionnaires des Nations Unies écoutent des personnes vivant dans la pauvreté afin d’en apprendre sur elles. En 2018, ATD Quart Monde a invité Asha Athumani à parler à l’ONU. Malheureusement, l’Ambassade des États-Unis à Dar es Salaam (Tanzanie) a rejeté la demande de visa de Mme Athumani pour participer à cet événement. Elle évoque ici sa déception de ne pas avoir pu partager son expérience de la pauvreté avec un public plus large.

Index géographique

Tanzanie

Lorsque l’ambassade a rejeté mon visa pour me rendre à New York, j’ai réalisé que les personnes vivant dans la pauvreté étaient souvent humiliées et méprisées. J’ai eu le sentiment que mes droits n’avaient pas été respectés. Je me suis rendu compte que je n’avais pas le même droit que les autres de voyager et de participer au monde qui nous entoure.

Un manque de confiance envers les personnes vivant dans la pauvreté

À l’ambassade des États-Unis, ils m’ont dit qu’ils ne pouvaient pas me délivrer de visa parce qu’ils pensaient que je ne reviendrais pas dans mon pays après l’événement (à l’ONU). J’étais très déçue. Je pensais que mon invitation à New York me permettrait de partager mes connaissances et mon expérience et que j’en apprendrais des autres également. Ils ont refusé ma demande de visa parce que je n’avais aucune valeur à leurs yeux.

La société et les institutions prennent rarement en considération les savoirs et l’expérience des personnes vivant dans la pauvreté, qui se sentent...

1 Cet article est adapté d’un texte publié initialement dans la Newsletter d’ATD Quart Monde Tanzanie . Le discours de Mme Athumani a été lu à la

CC BY-NC-ND