Inès Cagnati, Les pipistrelles

Ed. Julliard, Paris, 1989, 170pages

Marinette Duchêne

Bibliographical reference

Inès Cagnati, Les pipistrelles, Ed. Julliard, Paris, 1989, 170pages

References

Electronic reference

Marinette Duchêne, « Inès Cagnati, Les pipistrelles », Revue Quart Monde [Online], 132 | 1989/3, Online since 18 May 2020, connection on 02 October 2020. URL : https://www.revue-quartmonde.org/8864

Le lien qui unit ces sept nouvelles, c’est l’art d’Inès Cagnati. Elle marie la description du plus profond de ses personnages, détresse, misère, rejet et solitude, avec dans cette boue, comme de véritables diamants ; la richesse de la nature, formes, couleurs, odeurs, explosion de beauté humble ou luxuriante, beauté ressentie par l’enfant, l’adulte, les plus pauvres de tout.

Ce sentiment d’amour pour ces fleurs dont chacune est nommée, de cette eau qui lave et rend léger, de cette terre qui nourrit, vient en contrepoint de l’horreur la plus insoutenable ; il éveille comme un espoir déchirant, une impression que le bonheur serait possible.

Ce déchirement est d’autant plus aigu qu’Inès Cagnati sait y mêler quelques notes d’humour. Un livre qui laisse l’esprit et le cœur remplis de joie et de tristesse profondes, avec comme une envie d’ouvrir les bras avec délicatesse à tous ces personnages : le père travailleur aux idées à la fois bornées et fluctuantes, qui sait si bien chanter des airs d’opéra ; la mère aux silences éloquents, à la tendresse sous-jacente exprimée ; les sœurs qui se jalousent ; la petite étrangère dont le départ révèle les trésors d’amitié ; les grands-parents enfin, et leur joie saccagée.

Marinette Duchêne

By this author

CC BY-NC-ND