Naissance officielle du GIReP

Pierre Fontaine

References

Electronic reference

Pierre Fontaine, « Naissance officielle du GIReP », Revue Quart Monde [Online], 173 | 2000/1, Online since 01 June 2000, connection on 23 September 2020. URL : https://www.revue-quartmonde.org/9795

Après des années de maturation et des mois de préparation, des universitaires de Belgique ont officiellement fondé, le 25 novembre 1999, une association sans but lucratif dénommée Groupe Interuniversitaire Recherche et Pauvreté (en abrégé GIReP), en néerlandais Interuniversitaire Groep Onderzoek en Armoede (en abrégé IGOA). Ses membres fondateurs sont issus de neuf universités de Belgique, et de trois associations de lutte contre la pauvreté.

« L’association a pour but de promouvoir la recherche scientifique sur la pauvreté, l’exclusion sociale et les grands problèmes de société afférents, en y associant le plus possible les personnes très défavorisées et/ou les associations à travers lesquelles elles s’expriment » (art.4 des statuts.)

Le GIReP s’est constitué dans la mouvance du Mouvement ATD Quart Monde, par l’effort tenace d’alliés qui ont pris au sérieux l’interpellation lancée aux universitaires par Joseph Wresinski, dans sa conférence prononcée à Paris, à la Sorbonne le 1er juin 1983 Plusieurs d’entre eux ont participé au Forum organisé par l’Institut de Recherche d’ATD Quart Monde à Bruxelles en décembre 1987, relevant le défi de dialoguer avec des familles en grande pauvreté. Là s’est constituée l’équipe qui a organisé en janvier 1994 un colloque à Louvain-la-Neuve autour de la question : « La recherche sur la pauvreté doit-elle et peut-elle tenir compte du point de vue des plus pauvres ? » et qui en a publié les actes dans le livre « La connaissance des pauvres » Plusieurs universitaires du GIReP ont ensuite participé au programme Quart Monde-Université (voir Quart Monde n°170).

Le GIReP s'est donc constitué en association indépendante, affirmant dans sa charte que les personnes qui vivent la pauvreté, et plus généralement toute personne sujet de recherche, « non seulement doit avoir le droit de confirmer ou infirmer ce que les chercheurs pensent, mais aussi, dans la mesure du possible, le droit de remettre en question les hypothèses de départ et d’orienter la discussion vers ses domaines d’intérêt, et de le faire à son rythme. »

Contact : GIReP, Herestraat 21, 3000 Leuven, Belgique. Téléphone et fax 00 32 (0)16 22 68 68.

CC BY-NC-ND