De la survie au féminisme intersectionnel au Guatemala

Linda García

Translated by Cristina Jeangrand

p. 45-47

Translation(s):
De la sobrevivencia al feminismo interseccional en Guatemala

References

Bibliographical reference

Linda García, « De la survie au féminisme intersectionnel au Guatemala », Revue Quart Monde, 257 | 2021/1, 45-47.

Electronic reference

Linda García, « De la survie au féminisme intersectionnel au Guatemala », Revue Quart Monde [Online], 257 | 2021/1, Online since 01 September 2021, connection on 13 April 2021. URL : https://www.revue-quartmonde.org/10162

« Le féminisme intersectionnel est un long chemin qui nous enseigne à apprendre les unes des autres, à nous solidariser et à comprendre comment une oppression se croise avec une autre. » L’auteure fait part de son militantisme dans ce domaine.

Texte traduit de l’espagnol par Cristina Jeangrand.

J’essaie depuis plusieurs jours d’écrire ces lignes sur le féminisme au Guatemala. Les mots sont venus à moi, non par magie, mais d’un fait douloureux qui les a fait naître en mon for intérieur : Anita a disparu, une adolescente que j’ai connue quand elle était volontaire permanente d’ATD Quart Monde et qu’elle participait au soutien scolaire et aux bibliothèques de rue. Sa famille la recherche depuis quelques jours.

Quelques chiffres

Je n’aime pas les chiffres mais j’ai pris l’habitude de les utiliser car ils nous situent dans le contexte et nous font comprendre ce qu’est la « normalité » dans un pays comme le Guatemala. On dénombre en moyenne 228 alertes mensuelles pour disparition d’enfants, filles, garçons ou adolescents. En 2020, on dénombre une moyenne de 4 alertes journalières de disparition de femmes, on enregistre 51 184 victimes de violence, 3 406 victimes d’agression sexuelle, 388 féminicides, ce qui, ajouté à d’autres crimes envers les femmes, totalise 75 313 victimes. San...

Linda García

Communicante et chercheuse, Linda Garcia milite depuis sa jeunesse pour les droits de l’homme et pour l’éradication de la pauvreté et de l’extrême pauvreté en Amérique centrale. Elle est membre de divers groupes et organisations féministes et est actuellement présidente du Conseil d’administration du Mouvement ATD Quart Monde au Guatemala.

CC BY-NC-ND