L’État-providence numérique et les droits de l’homme

Philip G. Alston

p. 36-39

References

Bibliographical reference

Philip G. Alston, « L’État-providence numérique et les droits de l’homme », Revue Quart Monde, 259 | 2021/3, 36-39.

Electronic reference

Philip G. Alston, « L’État-providence numérique et les droits de l’homme », Revue Quart Monde [Online], 259 | 2021/3, Online since 01 March 2022, connection on 17 October 2021. URL : https://www.revue-quartmonde.org/10401

L’auteur a rédigé un rapport1 consacré à l’impact de l’intelligence artificielle sur les droits de l’homme. Nous en publions le résumé et quelques extraits ci-dessous. Pour en faciliter la lecture, nous n’avons pas intégré les très nombreuses références, que vous pourrez retrouver, avec le rapport complet sur le site des Nations Unies (ou en utilisant le code QR au bas de cet article).

L’État-providence numérique est déjà une réalité ou une réalité en devenir dans de nombreux endroits du monde. Dans les pays concernés, les données et technologies numériques occupent une place de plus en plus déterminante dans les systèmes de protection et d’aide sociale, où elles servent à automatiser, prévoir, identifier, surveiller, détecter, cibler et punir. Constatant que, pour les États, il est difficile de résister à cette tendance et à ses attraits, le Rapporteur spécial met en garde contre le grave risque que nous courons de nous engager sans réfléchir, tels des automates, sur la voie d’un monde dystopique où la protection sociale serait totalement dématérialisée. Il soutient que les grandes entreprises technologiques (souvent appelées « big tech ») mènent leurs activités dans une zone de quasi non-droit pour ce qui est des droits de l’homme, ce qui est particulièrement problématique à l’heure où le secteur privé joue un rôle prépondérant dans la conception, l’édification ...

1 En application de la résolution 35/19 du Conseil des droits de l’homme. Rapport soumis à l’Assemblée générale des Nations Unies, le 11 octobre 2019.

Philip G. Alston

Philip G. Alston est un universitaire australien spécialiste du droit international et un praticien des droits de l’homme. Il a été le Rapporteur spécial des Nations Unies sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires, d’août 2004 à juillet 2010. Entre 2014 et 2020, il a été Rapporteur spécial des Nations Unies sur l’extrême pauvreté et les droits de l’homme.

CC BY-NC-ND