Emmanuel Vaillant et Edouard Zambeaux (éd), Jérôme Derigny (ill.). Vies majuscules

Éd. Les petits matins, 2020

Catherine Cugnet

Bibliographical reference

Emmanuel Vaillant et Edouard Zambeaux (éd)

Jérômine Derigny (ill.), Vies majuscules, Autoportrait de la France des périphéries,Éd. Les petits matins, 2020, 332 p.

References

Electronic reference

Catherine Cugnet, « Emmanuel Vaillant et Edouard Zambeaux (éd), Jérôme Derigny (ill.). Vies majuscules », Revue Quart Monde [Online], 260 | 2021/4, Online since 01 December 2021, connection on 19 January 2022. URL : https://www.revue-quartmonde.org/10538

Textes recueillis dans quatorze régions de France, produits lors d’ateliers d’écriture encadrés par deux journalistes, dont le but était de donner la parole à ceux qui l’ont peu. Ceci avec le soutien de la Zone d’expression prioritaire (ZEP) et le réseau des Régies de quartier et de territoire

Cet ouvrage collectif a recueilli des textes dans quatorze régions de France, avec.

Résultat d’un Tour de France de six mois, représenté par une carte en fin d’ouvrage, Ce recueil est structuré en dix chapitres regroupant des écrits sur des thèmes proches : à travers leur portrait ou un retour sur le passé, certains auteurs parlent de leur attachement au quartier dans lequel ils vivent, d’autres des difficultés rencontrées pour trouver un emploi, mais aussi de la pauvreté matérielle, des problèmes ou des soutiens familiaux, des luttes, de l’espoir d’une nouvelle étape dans la vie…

Ces auteurs, quelques centaines, d’âges très divers, sont peu familiers avec la langue écrite et expriment parfois la dignité et l’espoir retrouvés après la production de leurs textes. Certains sont français de souche et ont connu une enfance difficile et peu structurante ; d’autres, venus très tôt en France, se sentent déracinés ; d’autres encore sont arrivés plus tard, de leur propre initiative, pour faire soigner un enfant par exemple… Ils ont en commun de se sentir en marge de la société et d’espérer un avenir meilleur pour leurs enfants.

Au fil des pages, le lecteur se forge une image tout en finesse de ces «  invisibles » et tout en contraste de ces lieux de vie habituellement caricaturés. Il prend aussi conscience, s’il en est besoin, de l’importance du travail des Associations et Régies de quartier.

On ne peut que saluer la démarche des deux journalistes qui ont mis ce projet en œuvre et réussi à faire une sélection et une présentation à la fois claire et foisonnante de ces textes. Ceux-ci,

Ces textes, pleins de richesse humaine, nourrissent la réflexion sur ce qui pourrait rendre la société plus juste.

Catherine Cugnet

By this author

CC BY-NC-ND