Grève à l’envers : le précédent italien

Raffaello Saffioti

Translated by Jean Tonglet

p. 53-55

References

Bibliographical reference

Raffaello Saffioti, « Grève à l’envers : le précédent italien », Revue Quart Monde, 261 | 2022/1, 53-55.

Electronic reference

Raffaello Saffioti, « Grève à l’envers : le précédent italien », Revue Quart Monde [Online], 261 | 2022/1, Online since 01 September 2022, connection on 17 May 2022. URL : https://www.revue-quartmonde.org/10601

Chaque année, depuis six ans, un événement symbolique, baptisé la « grève du chômage » est organisé en France en lien avec l’association nationale TZCLD. Lorsque les salariés sont mécontents de leurs conditions de travail, ils font la grève. De la même façon, lorsque les personnes privées durablement d’emploi sont mécontentes de la pénurie d’emploi, elles font la grève du chômage. Ce rendez-vous annuel veut alerter et mobiliser contre la privation d’emploi et revendiquer le droit à l’emploi pour tous, inscrit dans la Constitution française. Les participants effectuent ce jour-là des travaux utiles pour la société, mais non réalisés. Cette idée avait été mise en œuvre en Italie, en 1956. L’auteur, actualisant un article publié par le journal en ligne Il dialogo en novembre 2014 sous le titre « L’historique “grève à l’envers” (1956) de Danilo Dolci », souligne le caractère prophétique et actuel de cette initiative.

Traduit de l’italien par Jean Tonglet.

La « grève à l’envers » de Danilo Dolci en 1956 doit être rappelée pour son actualité et sa prophétie. L’article 1 de la Constitution de la République italienne, en son premier paragraphe, stipule que : « L’Italie est une République démocratique, fondée sur le travail ». L’article 4, en son premier paragraphe, stipule que : « La République reconnaît le droit de tous les citoyens à travailler et favorise les conditions qui rendent ce droit effectif ». De nombreux livres ont été écrits sur cette grève à l’envers. Parmi ceux-ci, Processo all’articolo 4 (Procès à l’article 4), publié par Einaudi en 1956, est fondamental. Il a été réédité par l’éditeur Sellerio, à Palerme, en 2011.

Ne pas garantir un emploi est assimilable à un meurtre…

Sur le rabat de la couverture, on peut lire ceci : « Le 2 février 1956, Danilo Dolci fut arrêté alors qu’il conduisait un groupe d’ouvriers pour travailler dans la “Trazzera vecchia”, une route laissée à l’abandon près de Partinico. Au commissaire de police...

1 Sur Danilo Dolci, voir l’article de Gianni Restivo dans le n° 224 de la Revue Quart Monde, https://www.revue-quartmonde.org/5472

2 L’auteur a repris pour la Revue Quart Monde les grandes lignes d’un article paru dans la revue en ligne Il Dialogo, https://www.ildialogo.org/cEv.

3 Voir l’article de l’auteur à ce sujet : https://www.ildialogo.org/cEv.php?f=http://www.ildialogo.org/editoriali/autorivari_1582580188.htm

Raffaello Saffioti

Militant pour la paix et la non-violence, enseignant, journaliste, auteur de plusieurs livres, Raffaello Saffioti collabore avec le Centro Gandhi à Palmi en Calabre, avec la revue en ligne Il Dialogo. Il s’est consacré à l’étude de la pensée de Danilo Dolci, le « Gandhi sicilien », et en prolonge l’œuvre.

CC BY-NC-ND