Déclaration commune

Groupe OING Quart Monde auprès des Nations Unies

References

Electronic reference

Groupe OING Quart Monde auprès des Nations Unies, « Déclaration commune », Revue Quart Monde [Online], 127 | 1988/2, Online since 01 September 1988, connection on 26 October 2020. URL : https://www.revue-quartmonde.org/3962

Des Organisations Internationales Non Gouvernementales (OING) réunies le 22 janvier 1987 au Palais des Nations à Genève à l’occasion de l’Année Internationale du Logement des Sans-Abri, à l’initiative du Groupe OING Quart Monde auprès des Nations Unies.

Les populations errant de lieux en lieux à cause de l’extrême pauvreté, des catastrophes naturelles et des conflits armés ; les populations vivant dans les bidonvilles et taudis ; les enfants poussés à la rue pour survivre sont un défi à la conscience humaine.

Ils doivent cette année guider les peuples vers des engagements efficaces.

Les ONG ayant le statut consultatif auprès de l’ECOSOC, conscientes de leur responsabilité à garantir les idéaux proclamés dans la Charte des Nations Unies : promouvoir la paix, le développement, œuvrer au respect des Droits de l’homme, appellent à une prise de conscience de la situation tragique des personnes privées de logement décent.

Ensemble, les ONG s’engagent

Les ONG soussignées1 considérant :

- qu’être sans abri équivaut à une privation générale des Droits de l’Homme.

considérant :

- que les familles dans la grande pauvreté risquent de rester à l’écart des programmes d’aide et de développement.

Considérant :

- que les populations les plus atteintes par la misère ont besoin de personnes engagées à leur côté dans la durée.

S’engagent à agir et à exercer leur influence partout où elles le pourront :

1. Pour que les politiques de développement, d’urbanisme et de logement favorisent en priorité les populations sans-abri et celles qui occupent l’habitat le plus précaire.

2. Pour que toutes les autorités gouvernementales et intergouvernementales, les organisations non-gouvernementales ainsi que l’opinion publique reconnaissent le droit au logement comme élément intégrant des Droits de l’Homme et agissent pour le rendre accessible à tous.

3. Pour que des hommes et des femmes s’engagent au côté des familles dans l’extrême pauvreté et sans abri, et qu’ils soient soutenus dans leur rôle de trait d’union entre les plus pauvres et la société.

4. Pour que les programmes politiques, économiques et sociaux des gouvernements et ceux des organisations inter-gouvernementales tiennent compte et agissent en accord avec ces principes.

Être sans abri équivaut à une privation générale des Droits de l’Homme.

Être sans abri ne signifie pas uniquement être privé d’un toit. À l’habitat sont liées toutes les conditions permettant de vivre dans la dignité. Sans la sécurité d’une véritable demeure, aucune vie familiale, culturelle ou sociale ne peut se bâtir dans la durée. L’accès à l’instruction, à la formation professionnelle, au travail est aussi compromis. Il ne peut être question non plus de participation politique. L’avenir des enfants est gravement entravé. Dans des conditions de vies précaires et malsaines, la santé est constamment mise en danger.

Les familles dans l’extrême pauvreté risquent de rester à l’écart des programmes d’aide et de développement.

Marquées par un trop long et trop profond dénuement, les familles les plus démunies, sans abri, n’accèderont pas facilement aux programmes mis en route à l’occasion de l’Année Internationale du Logement des Sans-Abri. Même les projets consistant à confier aux populations les matériaux et la responsabilité de la construction de leur logement risquent de ne convenir qu’à celles encore capables d’efforts physiques dans des conditions climatologiques souvent difficiles.

Les populations les plus atteintes par la misère ont besoin de personnes engagées dans la durée de leur côté.

Pour que les populations les plus affaiblies et les plus découragées puissent bénéficier des programmes de logement, prendre leur destin en main et participer en tant que partenaires à la construction d’une société de justice et de paix, il faut que des hommes et des femmes s’investissent auprès d’elles, individuellement et collectivement, dans la durée, et fassent cause commune avec elles.

1 Armée du Salut, Alliance Coopérative internationale, Association internationale des Femmes de Carrières Juridiques, Association internationale des

1 Armée du Salut, Alliance Coopérative internationale, Association internationale des Femmes de Carrières Juridiques, Association internationale des Magistrats de la Jeunesse et de la Famille, Association Mondiale des Guides et des Éclaireuses, Bureau international Catholique de l’Enfance, Commission Internationale Catholique pour les Migrations, Commission Internationales des Juristes, Conseil International des femmes, Conseil International des Femmes Juives, Défense des Enfants International, Fédération internationale des Assistants Sociaux, Fédération internationale des Femmes Diplômées des Universités, Fédération Internationale pour l’Économie Familiale, Fédération Mondiale des Femmes Méthodistes, Institut Panafricain pour le développement, Mouvement Mondial des Mères, Mouvement pour l’union Fraternelle entre les Races et les Peuples, Mouvement international ATD Quart Monde, Muslim World league, Organisation Mondiale des Anciens Étudiants de l’Enseignement catholique, Pax Christi International, Société Internationale pour le Développement, Soroptimist international, Union des Avocats Arabes, Union Internationale pour les Livres de la Jeunesse, Union internationale des Organismes Familiaux, Union Mondiale des Femmes Démocrates Chrétiennes, Union Mondiale Féminine Catholique, Zonta international, Caritas Internationalis.

CC BY-NC-ND