Katell Quillévéré, Suzanne

Film, France, 2013

Marie-Hélène Dacos-Burgues

p. 47

Bibliographical reference

Katell Quillévéré, Suzanne, France, 2013, avec Sara Forestier, Adèle Haenel, François Damien, Paul Hamy, Anne le Ny, Corinne Masserio. Scénario de Katell Quillévéré et de Mariette Désert.

References

Bibliographical reference

Marie-Hélène Dacos-Burgues, « Katell Quillévéré, Suzanne », Revue Quart Monde, 230 | 2014/2, 47.

Electronic reference

Marie-Hélène Dacos-Burgues, « Katell Quillévéré, Suzanne », Revue Quart Monde [Online], 230 | 2014/2, Online since 01 December 2014, connection on 10 December 2019. URL : https://www.revue-quartmonde.org/5910

Un papa routier, veuf, seul avec deux petites filles, voilà qui ferait une vie bien difficile … Mais non. Le papa est fou de ses filles. Elles le lui rendent bien. La vie est paisible et pleine de joie. On s’organise, on s’amuse, on s’aime comme on peut le faire au quotidien. Parfois on parle un peu de maman qui n’est plus là et dont le souvenir est bien lointain pour les gamines ... Malgré la tombe qu’elles vont fleurir. Mais la maman n’est pas si loin pour le papa. Rien de sombre donc. Une unité de vie, de sentiments, du bonheur comme on en rêverait tous …

Les filles sont Suzanne l’aînée, et Maria la cadette …

Première baffe du père… qui est réaliste, lui …

Aux dix - sept ans de Suzanne les choses vont s’assombrir … Elle est enceinte, elle veut garder ce bébé sans père. On ne sait rien du père de cet enfant qui va entrer dans leur vie, terriblement comme on peut l’imaginer.

Mais le pire est encore à venir. Suzanne, plus tard, son fils Charlie a trois ans, Suzanne donc « tombe » amoureuse, très amoureuse d’un petit malfrat. La vie l’appelle … et c’est l’engrenage … La question n’est pas que son père ait eu raison … Le film n’est pas moralisateur. Ce sont des choses qui arrivent et Katell Quillévèrè s’arrange pour raconter cette histoire sans juger … laissant au spectateur la liberté de le faire si bon lui semble.

Un très beau film avec des beaux paysages de la Camargue, relégués à la fin … On ne sait trop pourquoi, sauf peut-être pour souligner le sens de la dernière scène ?

Marie-Hélène Dacos-Burgues

By this author

CC BY-NC-ND