Enfances volées. Et aujourd’hui ?

Olivier Baud

References

Electronic reference

Olivier Baud, « Enfances volées. Et aujourd’hui ? », Revue Quart Monde [Online], 232 | 2014/4, Online since 09 June 2020, connection on 05 March 2021. URL : https://www.revue-quartmonde.org/6055

La Suisse s'interroge actuellement sur le sort des enfants placés hors de leur famille jusqu'en 1980. Comment permettre alors aux personnes touchées par la pauvreté de rompre le silence sur ce qu'elles ont vécu et de contribuer à écrire cette part de l'histoire du pays qui est aussi leur histoire ? L'auteur est intervenu à ce sujet lors d'une table ronde organisée le 20 juin 2014 au centre national d'ATD Quart Monde à Treyvaux.1

Index géographique

Suisse

Dans les excuses que j’ai rédigées avec d’autres et exprimées lors de la cérémonie du 11 avril 2013 à Berne2 avec la Conseillère fédérale Simonetta Sommaruga, j’ai écrit : « De plus, vous étiez placés de force dans des foyers et des institutions pour des motifs souvent futiles. Vous vous retrouviez là pour la simple raison qu’un de vos parents était décédé ou alors uniquement parce que vous étiez issus d’une famille pauvre ». Cet élément de la pauvreté était pour moi un élément historique incontournable, et non seulement du 19ème et du 20ème mais bien aussi du 21ème siècle…

Lorsque l’exposition Enfances volées3 est arrivée à Genève, j’ai été présent à une table ronde et l’on m’a interrogé : « Êtes-vous sûr que dans cinquante ans il n’y aura pas aussi le procès de ce que vous aurez fait dans les institutions ? Est-ce que ce ne sera pas remis en question de la même manière ? » Et je n’ai pu que répondre que c’était pour moi une préoccupation journalière, de trouver les moyens pour qu’il y ait un maximum de bienveillance et de bientraitance dans un système qui peut être maltraitant par des décisions de justice ou des décisions administratives pouvant être prises sous de grandes contraintes. (...)

Malheureusement, sans appartenance à un collectif, des parents dont les enfants sont placés restent des personnes solitaires, isolées, en dehors d’une libre expression, parce que submergées par leurs soucis. En tant qu’éducateurs, nous devons être des facilitateurs par rapport à cette prise de parole.

1 Voir le document annexe à Information Quart Monde N°179 (juin 2014) : Contribuer à écrire l'histoire du pays, disponible sur le site d'ATD Quart

2 Ce jour-là, la Ministre de justice a demandé pardon aux victimes de mesures de coercition à des fins d'assistance. D'autres acteurs impliqués ont

3 http://www.enfances-volees.ch/

1 Voir le document annexe à Information Quart Monde N°179 (juin 2014) : Contribuer à écrire l'histoire du pays, disponible sur le site d'ATD Quart Monde Suisse, www.quart-monde.ch.

2 Ce jour-là, la Ministre de justice a demandé pardon aux victimes de mesures de coercition à des fins d'assistance. D'autres acteurs impliqués ont également présenté des excuses. Voir l'article d'Anne-Claire Brand : Comment défaire ce qui a été fait ?, dans Revue Quart Monde N° 226 (2013/2), pp. 41-43.

3 http://www.enfances-volees.ch/

Olivier Baud

Olivier Baud est Secrétaire général de la FOJ (Fondation officielle de la jeunesse), Canton de Genève.

CC BY-NC-ND