N° 246, 2018/2   •  Ni potence, ni pitié !
Écouter voir

Sahim Omar Kalifa. Zagros

Film, Belgique, 2017

Marie-Hélène Dacos-Burgues
  • p. 53
  • publié en juin 2018
Texte intégral

Ce film se déroule pour partie au Kurdistan et pour partie à Bruxelles. Un pauvre berger kurde a rejoint dans la capitale européenne sa femme, Havin, partie seule avec sa petite fille, Rayhan, car elle se sentait menacée par le clan familial très patriarcal, soupçonneux et normatif. Des bruits d’infidélité courent sur elle depuis son mariage. Zagros n’a jamais voulu y croire. Il aime sa femme, a confiance en elle. Il refuse de se séparer d’elle, et ira donc même jusqu’à la rejoindre dans son exil. Père, frères, oncles, cousins réunis décident alors que Havin doit mourir et c’est Zagros qui est chargé d’exécuter la sentence au nom du groupe.

Les tribulations de Zagros entre doutes et amour inconditionnel sont bien rendues.

Ce film est remarquable parce qu’il traite avec sensibilité et finesse des tiraillements d’un couple pris entre traditions familiales extrêmement défavorables aux femmes, et vie « à l’occidentale ».

Le réalisateur est un Belgo-kurde. Le scénario, complexe, a été écrit avec le belge Jean-Claude Van Rijkeghem.

Pour citer cet article Marie-Hélène Dacos-Burgues, « Sahim Omar Kalifa. Zagros  », Revue Quart Monde, Année 2018, Ni potence, ni pitié !, Écouter voir, mis à jour le : 02/06/2018,URL : https://www.revue-quartmonde.org:443/7228.