Paul Christophe, Les pauvres et la pauvreté. Tome I : Des origines au XVème siècle

Desclée de Brouwer, Paris, 1985 (collection Bibliothèque du Christianisme, n° 7), 152 pages

Catoune Berthelin

Bibliographical reference

Paul Christophe, Les pauvres et la pauvreté. Tome I : Des origines au XVème siècle, Desclée de Brouwer, Paris, 1985 (collection Bibliothèque du Christianisme, n° 7), 152 pages.

References

Electronic reference

Catoune Berthelin, « Paul Christophe, Les pauvres et la pauvreté. Tome I : Des origines au XVème siècle », Revue Quart Monde [Online], 123 | 1987/2, Online since 01 March 1988, connection on 17 October 2021. URL : https://www.revue-quartmonde.org/8696

« Depuis ses origines, l’Église porte en elle les pauvres et la pauvreté comme des questions permanentes qui l’interpellent sans cesse. »

Ce livre passionnant retrace à la fois l’histoire de l’Eglise auprès des pauvres, et sa spiritualité basée essentiellement sur le « Heureux, vous les pauvres » de l’Évangile.

Dès la formation de leur première communauté, les chrétiens ont « inventé » les moyens de leur charité : partage des biens, secours des indigents, service des tables etc. (Actes : 6, 1) ; mais l’important est surtout l’attitude fraternelle de ceux qui sont devenus « frères » par le baptême dans le Christ.

Paul Christophe part des textes des Evangiles et des Actes des Apôtres pour retracer cette « fraternité » des pauvres recommandée par la Didachè. Déjà des consignes sur l’hospitalité et l’aumône circulent... Un esprit nouveau, un soin particulier pour les pauvres et un appel à la pauvreté volontaire se manifestent ainsi qu’une véhémente interpellation des riches qui « privent le pauvre de sa dignité » (Jacques 2, 1-9 et 5, 1-6).

Un chrétien peut-il avoir des biens ? Les Pères de l’Eglise réfléchissent sur la pauvreté volontaire (la vivant souvent eux-mêmes) ; ils élaborent une doctrine et leurs écrits ont encore aujourd’hui dans l’Église une place et une autorité incontestables.

Le « service » des pauvres devient la mission de l’Eglise et « l’Assistance » s’organise (exemple de l’évêque de Césarée, Basile, qui fonde l’établissement auquel le Vème siècle attachera son nom : la Basiliade, Hospice-Hôtellerie, puis véritable Cité des pauvres...)

A partir de la moitié du XIème siècle, beaucoup d’hommes ne réussissent plus à s’insérer dans la communauté rurale de l’époque. Période des Croisades (qui entraînent beaucoup de pauvres) et des grandes calamités naturelles, elle connaît aussi une intense vie monastique.

Les moines vivent une pauvreté « laborieuse » et accueillent les pauvres par milliers ; les Ordres mendiants (François d’Assise, Dominique...) naissent. Mais le tournant du XIIIème siècle s’amorce : c’est la « relève » par les laïcs qui collaborent avec les évêques et les religieux, pour prendre en main l’organisation des hôpitaux, des secours de toutes sortes et des fondations les plus diverses.

Au XVème siècle, les pauvres sont si nombreux que le mendiant est assimilé à un malfaiteur... On tolère encore le pauvre, mais on déteste le vagabond « sans feu, ni lieu, ni aveu » ... Dans beaucoup de pays, pour des raisons souvent financières, hôpitaux et œuvres d’assistance passent sous le contrôle des villes. Celles-ci, à l’exemple de Sienne et de Milan, s’orientent vers « l’enfermement » des pauvres.

Ce livre va plus loin que d’autres récits sur le même sujet. Il met constamment les textes des Pères de l’Église, des Conciles, en parallèle avec les actes concrets de cette même Église.

Il nous permet de mieux saisir la place des « oubliés de l’humanité » dans la construction et la vie de l’Église.

Comment ne pas perdre, comment retrouver cette mémoire de l’Église ? Qui nous aidera à rechercher l’influence que les pauvres ont eue sur la vie des saints, des fondateurs (trices) d’ordres religieux ? Ce serait restituer à l’Eglise les pierres apportées à sa construction par tous ces pauvres, et rendre à ceux-ci la fierté d’y avoir œuvré.

Le père Paul Christophe a su faire transparaître sa passion pour l’Eglise des pauvres, tout en restant très effacé. On attend le tome II avec impatience !

CC BY-NC-ND