Du temps libre au temps pour soi : les enjeux politiques du « hors-travail »

Lionel Arnaud

p. 4-10

References

Bibliographical reference

Lionel Arnaud, « Du temps libre au temps pour soi : les enjeux politiques du « hors-travail » », Revue Quart Monde, 254 | 2020/2, 4-10.

Electronic reference

Lionel Arnaud, « Du temps libre au temps pour soi : les enjeux politiques du « hors-travail » », Revue Quart Monde [Online], 254 | 2020/2, Online since 01 December 2020, connection on 08 August 2020. URL : https://www.revue-quartmonde.org/8774

De la Révolution française jusqu’à nos jours, une analyse multidimensionnelle du temps humain, oscillant entre temps fourni par les montres et temps-action fait par l’être humain lui-même, en fonction de sa capacité à s’ajuster.

Placé au centre de la conception du travail industriel, le temps gouverne nos sociétés capitalistes, et par conséquent notre rapport au travail. À ce titre, le temps libre apparaît d’abord comme un temps libéré du travail, et nul ne s’étonnera dès lors qu’il soit un sujet périodique de revendication et de négociation, que ce soit en matière de congés payés, de réduction du temps de travail (35 heures) ou de départ à la retraite… L’enjeu est de taille, si l’on considère que le temps gagné sur le travail détermine en grande partie nos possibilités de création, d’apprentissage, d’épanouissement personnel : il importe d’abord et avant tout de se soustraire aux activités du travail et du repos pour pouvoir se consacrer au développement de ses aptitudes proprement humaines, autrement dit à la culture. Dans ces conditions, c’est bien l’usage de ce temps libre, de ce temps « hors-travail » qui, depuis la Révolution française, a préoccupé tant les gouvernements que les syndicats, l’éducation...

1 Cf. Claude Nicolet, L’idée républicaine en France, Paris, Éd. Gallimard, 1992.

2 Cité par Bernard Charlot et Madeleine Figeat, Histoire de la Formation des ouvriers 1789-1984, Éd. Minerve, 1985.

3 Cf. Marion Fontaine, « Travail et loisirs », in Jean-Jacques Becker, Gilles Candar (dir.), Histoire des gauches en France, vol. 2, Paris, Éd. La

4 Antoine Léon, Histoire de l’éducation populaire en France, Paris, Éd. Nathan, 1983, p. 28.

5 Paul Lafargue, Le droit à la paresse, Paris, Éd. François Maspero, 1968 [1883].

6 Joffre Dumazedier, Vers une civilisation du loisir ?, Paris, Éd. du Seuil, 1962.

7 Joffre Dumazedier, « Ambiguïté du loisir et dynamique socioculturelle », Cahiers internationaux de sociologie, n° 23, 1957, p. 76.

8 Roger Süe, Temps et ordre social. Sociologie des temps sociaux, Paris, PUF, 1994. Cf. également Jeremy Rifkin, La Fin du travail, Paris, Éd. La

9 « Sur l’emploi du temps libre », Internationale Situationniste, n° 4, juin 1960, p. 3.

10 Theodor Adorno, Max Horkheimer, Kulturindustrie. Raison et mystification des masses, Allia, 2012, p. 41.

11 Jean-Yves Boulin, Rachel Silvera, « Temps de travail et temps hors travail : vers de nouvelles articulations ? », in Claude Durand Éd., Temps de

12 Cécile Brousse, « Travail professionnel, tâches domestiques, temps “libre” : quelques déterminants sociaux de la vie quotidienne », in Économie et

13 Dominique Méda, « Chapitre II. Crise de l’emploi, transformations du travail », in : Le travail. Paris, Presses Universitaires de France, 2018, p. 

14 Dominique Schnapper, L’Épreuve du chômage, Éd. Gallimard, 1994 ; Isa Aldeghi, Chômeurs au fil du temps, Crédoc, 1991 ; Serge Paugam, La Société

15 Robert Castel, Les Métamorphoses de la question sociale, Paris, Éd. Fayard, 1995.

16 Dominique Méda, « Chap. II. Crise de l’emploi, transformations du travail », in Le travail, op. cit. p. 60.

17 Roger Sue, Temps et ordre social, op. cit. p. 293.

18 Daniel Mothé, « Critique des utopies du temps libre », in Bernard Eme et Jean-Louis Laville, Cohésion sociale et emploi, Paris, Éd. Desclée de

19 Daniel Mothé, L’Utopie du temps libre, Paris, Éd. Esprit-Seuil, 1997.

20 Dominique Pasquier, La culture des sentiments. L’expérience télévisuelle des adolescents, Paris, Éd. de la Maison des Sciences de l’Homme, 1999.

21 Florence Weber, Le travail à côte. Étude d’ethnographie ouvrière. Paris, INRA/École des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 1989 ; Collectif Rosa

22 Lionel Arnaud, Agir par la culture. Acteurs, enjeux et mutations des mouvements culturels, Toulouse, Éd. L’Attribut, 2018.

23 Richard Hoggart, La culture du pauvre, Paris, Éd. Minuit, 1970.

24 Vincent Dubois, Jean-Matthieu Méon, Emmanuel Pierru, Les mondes de l’harmonie. Enquête sur une pratique musicale amateur. Paris, Éd. La Dispute

25 Jean-Yves Boulin, Rachel Silvera, « Temps de travail et temps hors travail : vers de nouvelles articulations ? », in Claude Durand Éd., Temps de

26 Pour le sociologue Norbert Élias, la notion de temps « désigne symboliquement la relation qu’un groupe humain établit entre deux ou plusieurs

27 Pierre Bourdieu, Méditations pascaliennes, Paris, Éd. Le Seuil, 1997, p. 9.

28 Lionel Arnaud, « Une conscientisation “pratique”. Les mobilisations culturelles des habitants d’un quartier populaire de Fort-de-France entre

Lionel Arnaud

Lionel Arnaud enseigne la sociologie à l’Université Toulouse III-Paul Sabatier et fait partie du Laboratoire des sciences sociales du politique. Ses recherches portent sur l’action culturelle et les politiques de développement socioculturel.

CC BY-NC-ND