Marie-Louise Bonvicini, Immigré au féminin : les femmes du lundi

Ed. Ouvrières, coll. Le social en acte, 1992, 168 pages

Jean Monge

Bibliographical reference

Marie-Louise Bonvicini, Immigré au féminin : les femmes du lundi, Ed. Ouvrières, coll. Le social en acte, 1992, 168 pages

References

Electronic reference

Jean Monge, « Marie-Louise Bonvicini, Immigré au féminin : les femmes du lundi », Revue Quart Monde [Online], 146 | 1993/1, Online since 19 May 2020, connection on 13 April 2024. URL : https://www.revue-quartmonde.org/8955

C’est un grand bol d’optimisme, une grande bouffée d’oxygène avec des perspectives concrètes, simples, pratiquées sur le terrain, d’actions éducatives positives. A partir de là, au lecteur d’imaginer, de créer…

C’est aussi beaucoup de respect, d’estime vis-à-vis de ces femmes différentes, nos voisines si riches en fait de savoirs, si avides aussi de nos « savoirs », sources et terres d’humanité.

L’auteur, au travail dès treize ans et demi, habite toujours, à 71 ans, en HLM. Depuis le début des années 80, elle vit à Evry, cité du « Parc aux lièvres », une dalle de béton de près d’un hectare avec des tours de 7 à 16 étages. Elle y a mis en route un, puis des « Réseaux de formation réciproque » et y trouve sa joie depuis. Aujourd’hui, 120 implantations similaires (indiquées en annexe au livre) existent en France, en Belgique et en Suisse, appelées, depuis 1987 « Réseaux d’échanges réciproques de Savoir », avec un premier colloque européen en 1991 à Dunkerque rassemblant 700 participants. A l’origine de ces implantations, Claire et Marc Héber-Suffrin à Orly.

Marie-Louise Bonvicini sait en quelques pages, vivantes ô combien, nous faire participer au démarrage, au travail de ces « femmes du lundi. » Ces portraits pleins de saveur et de tendresse de celles avec qui elle est en réseau nous touchent.

Mais elle sait aussi dégager avec simplicité les objectifs, les aspects pédagogiques, les résultats. Elle montre, sans acrimonie, la place que nous réservons au travail. Remarquable outil, ce livre qui est bien plus qu’un livre, une source.

Ce n’est pas si fréquent que soient magnifiés le courage et la valeur des femmes, pas seulement immigrées d’ailleurs. Bien des Françaises de souche ont le même sort dans les quartiers populaires. « Mais alors les « femmes du lundi » que sommes-nous ? Mieux qu’une braise parmi d’autres braises, la naissance d’un feu. »

Jean Monge

By this author

CC BY-NC-ND